AMF : un peu d’aide pour les sociétés de gestion

Visa expert

L’article « AMF : un peu d’aide pour les sociétés de gestion » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 26/04/2016

Les sociétés de gestion vont recevoir de l’aide, de la part de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). Lors d’une conférence cette semaine, qui était l’occasion de dresser un bilan sur la régularisation des sociétés de gestion, la décision a été prise de leur porter soutien. Xavier Parain, secrétaire général adjoint de l’AMF, en charge de la gestion d’actifs, a exposé le réel besoin de mettre en place des outils performants. Ces outils permettront aux gérants de s’adapter au contexte de marché difficile. Quelles vont être, de façon concrète, les aides apportées aux sociétés de gestion ? L’AMF met-elle tout en œuvre pour les aider à traverser ce contexte de marché financier volatile ?

La relance de certains outils

L’AMF veut proposer une « boîte à outils » aux sociétés de gestions, pour naviguer dans un environnement de taux bas et de marché très volatile. L’un des outils intéressant est le principe des « gates ». Ce sont des mécanismes qui permettent la fermeture d’un fonds, partiellement ou totalement, dans le cas où les mouvements de rachats sont trop importants. D’ici à l’été 2016, cet outil va être affiné et apparaitra dans le cadre de la loi Sapin 2.

Un second outil va être étendu : la possibilité de prêter en direct, qui permet d’obtenir plus de fonds. Déjà prévue dans la loi de finances de décembre 2015, pour les Fonds européens d’investissement à long terme (Eltif), elle évoluera dans les nouveaux textes législatifs.

Société de gestion

De nouvelles possibilités

La directive OPCVM 5, adoptée en 2014, entrera en vigueur cette année. Le texte OPCVM 5 vise à introduire un cadre harmonisé au niveau européen sur trois sujets : la clarification des missions et de la responsabilité des dépositaires, l’encadrement de la rémunération des gestionnaires et les sanctions administratives. Le but concret est de relier les intérêts des gérants avec ceux des investisseurs, notamment en liant les bonus à la performance des fonds.

De plus, la directive de marchés MiFID 2 est reportée d'un an, ce qui laisse plus de temps aux gérants pour s’y adapter. Cette directive européenne a pour but d’améliorer la transparence sur les marchés financiers. Sa mise en place demande de nombreuses démarches de la part des gestionnaires, afin d’éclaircir toutes les zones d’ombres. Ils bénéficient donc d’une année supplémentaire pour s’y adapter.

Conclusion

Ainsi, plusieurs opérations sont en cours pour faciliter au mieux le fonctionnement des sociétés de gestions. Ces dernières, qui travaillent aujourd’hui dans un contexte très volatile sur les marchés financiers, ont obtenu cette semaine le soutien de l’AMF. Au travers des différents dispositifs que nous avons pu soulever, les sociétés de gestions voient apparaître des solutions pour l’année à venir.

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides