Les Fintechs : effet de mode ou nouvel instrument ?

Ecrit par : Karl Toussaint du Wast

Conseiller en gestion de patrimoine

Vu 1174

fois

1 min

de temps de lecture

Les FinTech sont des technologies associées aux services financiers, à destination des particuliers et des entreprises. Cette appellation regroupe le plus souvent de petites startups, ou de grandes firmes. Le financement participatif (crowdfunding en anglais) est un mode de financement basé uniquement sur la participation financière de mécènes qui investissent leurs propres deniers sur des projets via internet. De KissKiss-BankBank à MyMajorCompany, il existe dans le monde plus de 500 plateformes qui permettent d’investir sur des produits (en devenant actionnaire ou client avant même que le produit soit en phase de création), sur des gens (en fonction de leurs talents ou de leurs projets) et même sur des associations, ici on parle de mécénat.

En 2018, les investissements annuels dans les FinTechs devraient atteindre 8 milliards d’euros. Chiffre impressionnant quand on le compare à la récente « jeunesse » des entreprises concernées. Pourquoi les capital-risqueurs sont si intéressés par ces startups de la finance ? Quel avenir pour ces entreprises qui ont le vent en poupe ? Décryptage.

Les Fintechs : effet de mode ou nouvel instrument

Une concurrence pour les banques ?

Si ces entreprises sont plus innovantes que les banques sur le mode de fonctionnement connecté et la facilité d’utilisation des fonds, il faut garder à l’esprit que les sommes d’argents qui transitent sur ces plateformes proviennent de…comptes bancaires. Si on cherche une véritable source de compétition entre les banques et les FinTech c’est sur le modèle économique et sur la désintermédiation bancaire que le monopole bancaire est mis à mal.

En réponse, les banques s’organisent, créent des filiales et rachètent des FinTechs. Dernier exemple en date : lepotcommun.fr racheté par S-money, filiale de la BPCE (Banque Populaire Caisse d’Epargne). Cette entreprise a eu l’idée simple mais efficace de recueillir la contribution financière de particuliers pour l’organisation d’un pot de départ, d’un anniversaire, d’une pendaison de crémaillère… Ça change de la bonne vieille enveloppe qui circulait dans les services afin de « célébrer » le départ d’un collègue de bureau. Ce concept est déclinable à l’infini, tout comme les plateformes de financement participatif qui permettent de créer une entreprise sans emprunter un centime à la banque. Intéressant, n’est-ce pas ?

Le thème du financement des entreprises étant particulier, puisqu'il soulève la question de la dilution du capital notamment. Sachez néanmoins, que certains donateurs renoncent à des parts de sociétés qu’ils financent, leur seul but étant de voir un projet plaisant se réaliser. Ce qu’il faut garder à l’esprit, c’est l’aspect viral de ce mode de financement. Cet aspect, permet aux banques de corriger leurs carences en terme de vision marché par le biais de rachats de FinTechs. Ce sont, in fine, des laboratoires de R&D gratuits pour les grands groupes bancaires qui rachètent de la technologie, du fond de commerce et de la croissance. En effet, sur chaque compte potcommun créé, 25% des utilisateurs néophytes créeront à leur tour un nouveau pot commun ! En bref, une croissance de 25% ! Et nous ne parlons ici que du marché français…

Fintechs

Des opportunités à l’international ?

D’ici la fin de l’année lepotcommun.fr s’apprête à franchir le cap de l’internationalisation ! Avec comme première destination : l’Espagne. Cette étape signifie qu’au préalable la démarche a été structurée. Après avoir racheté deux de ses concurrents français, la société a accepté de se faire racheter à son tour, par S-money, étape indispensable pour se donner les moyens de ses ambitions. L’internationalisation est une opportunité formidable pour les banques propriétaires des FinTechs puisqu’elles permettent de s’implanter rapidement et plus facilement sur de nouveaux marchés.

D’un point de vue marketing, les maisons mères pourront aussi profiter de la sympathie des utilisateurs vis-à-vis de leurs filiales, pour devenir clients d’une nouvelle banque en ligne... Mais avant d’en arriver là, il faudra bien négocier le tournant de ce marché en pleine massification. Ainsi, S-money propose une large gamme de solutions financières : système d’encaissement mobile, portefeuille électronique destiné aux étudiants (cible intéressante de ces start-ups puisqu’ils sont connectés) et une solution de transfert d’argent par... twitter !!

Conclusion

Ainsi, on peut croire que les comportements changent au gré des innovations technologiques. Force est de constater que beaucoup de nouvelles applications web sont, soit issues de frustration de l’inventeur (UBER), soit d’un constat de manque de praticité des solutions existantes (lepotcommun, never-eat-alone…). L’argent étant un sujet incontournable, il va de soi d’imaginer que demain dépenser, gagner ou se procurer de l’argent, ne se fera plus de la même manière qu’hier et que le crowdfunding est une source de financement d’avenir, qui s’installera rapidement et durablement dans notre quotidien. A suivre…

Ne ratez rien de nos conseils !

A propos de l'auteur

Karl Toussaint du Wast, Conseiller en gestion de patrimoine

Avis des clients de Karl :

Karl Toussaint du Wast débute sa carrière professionnelle à New York à l'âge de 20 ans où il fonde sa première entreprise dans la tour 1 du World Trade Center : une société de distribution de matériel informatique.

Le 11 septembre 2001, les attentats du WTC le contraignent à rentrer en France où il se recentre sur sa formation initiale et devient consultant en recrutement dans les métiers de la finance, puis chasseur de têtes dans un grand cabinet parisien.

Après de nombreuses missions de recrutement pour le compte de banques, de sociétés de gestion et de promoteurs immobiliers, il s’associe à Stéphane van Huffel et créé le cabinet Wast & Van puis netinvestissement. Il est également le co-fondateur du tour de France de l’immobilier et du baromètre des placements. Il intervient régulièrement en tant expert immobilier auprès des média français. Karl Toussaint du Wast est notamment l’auteur des livres : "le Guide du CGP moderne" et "E-CGP, comment réussir sa transformation digitale".

Lire la suite

Dernier commentaire client

"Très, très long....Entre mes premiers contacts en avril 2020 et la date de souscription, il s'est passé 5 mois, suite notamment à plusieurs relances de ma part."

Avis client :
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
Le 2020-10-13 14:46:43 par Philippe L.