UFC Que Choisir contre les sites de crowdfunding

Visa expert

L’article « UFC Que Choisir contre les sites de crowdfunding » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Karl Toussaint du Wast - le 06/03/2017

L’association de défense des consommateurs accuse des promesses de rendement surestimées et des pratiques déloyales des sites de crowdfunding , c’est pourquoi elle met en demeure six plates-formes de finance participative, en particulier les leaders des prêts PME Unilend et Lendix afin de supprimer des clauses abusives.

Le groupe BPCE va fermer plus de 400 agences

Les sites de crowdlending visés

L’UFC Que Choisir n’a pas que les banques et leurs frais de tenue de compte dans le viseur. Celles-ci vont sans doute se réjouir de la nouvelle étude brûlot de l’association de défense des consommateurs. En effet, l’UFC a décidé de s’en prendre aux nouveaux entrants de la finance ; c’est-à-dire les sites de crowdfunding, pour être plus précis les sites de crowdlending qui sont des plateformes de financement participatif d’emprunts au PME par des investisseurs non professionnels.

L’association demande l’aide de l’autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) de la Banque de France, afin qu’elle impose rapidement des contrôles.

« Notre analyse montre que les acteurs des placements participatifs fournissent un service médiocre aux consommateurs. La promesse des rendements surestimés, la présentation partiale et la sélection hasardeuse des projets à financer […] sont autant de manquements à la loyauté vis-à-vis des consommateurs » déclare l’association dans son dossier.

Les sites de crowdfunding jouent sur la méconnaissance des français dans le domaine de la finance

Les critiques de l’UFC face aux sites de crowdlending sont très virulentes car l’association insinue que ses sites profiteraient du « non-savoir » des français en matière financière. Elle affirme également que ses sites vont faire parler d’eux, car « en raison des défauts d’entreprises prévisibles, leurs rendements ne devraient pas être supérieurs à celui du Livret A, loin des 7% promis par les discours marketing ».

Les reproches de l’ACPR

Certains sites comme Lendix conseillent de faire plus de prêts afin de se prémunir des effets d’un incident. En effet, ils informent leurs clients sur les risques de perte des sommes misées, mais pour remédier à ce problème, ils conseillent d’investir encore plus.

Ces plates-formes cherchent en permanence à être crédibles en expliquant que leurs dossiers sont sélectionnés suite à des études et des analyses. Cependant, l’UFC affirme qu’ils cherchent seulement à présenter de façon partiale des dossiers qui ne seraient pas viables.

Conclusion

A l’heure actuelle, les sites de crowdfunding se démocratisent et visent un public peu averti des dangers. L’UFC Que choisir dénonce leurs pratiques immorales et fait appel aux pouvoirs publics pour régler cette situation.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Karl Toussaint du Wast , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Karl Toussaint du Wast débute sa carrière professionnelle à New York à l'âge de 20 ans où il fonde sa première entreprise dans la tour 1 du World Trade Center : Une société de distribution de matériel informatique. Le 11 septembre 2001, les attentats du WTC le contraignent à rentrer en France où il se recentre sur sa formation initiale et devient consultant en recrutement dans les métiers de la finance, puis chasseur de têtes dans un grand cabinet parisien. Après de nombreuses missions de recrutement pour le compte de banques, de sociétés de gestion ou de promoteurs immobiliers, il s’associe à Stéphane van Huffel et créé Wast and Van puis Netinvestissement.fr Karl Toussaint du Wast est aujourd’hui Président du Groupe Wast&Van.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides