Baisse de 13,9% du nombre de crédits immobiliers en mars

Ecrit par : Anais Couraud

Conseillère en gestion de patrimoine

Vu 1801

fois

1 min

de temps de lecture

Après un début d’année florissant, le marché du crédit immobilier s’est vu stoppé net par l’instauration du confinement.

En effet, la mise place du télétravail pour une majorité de français dont les différents intervenants bancaires a rallongé les durées habituelles de proposition de crédit. Mais ce n’est pas la seule contrainte qui a été constaté depuis fin mars. Beaucoup de ménages ont subi des baisses de revenus liées à l’arrêt temporaire de l’activité mettant en pause leur projet d’achat immobilier.

De plus, dans ce contexte de taux historiquement bas, la politique des banques en matière de crédit immobilier commençait à se resserrer. De manière évidente, en mars, le nombre de nouveaux prêts immobiliers a chuté de presque 14% en France au vu des différentes raisons évoquées. A noter, que le confinement a débuté le 16 mars 2020, il est donc préférable d’attendre les résultats du mois d’avril pour avoir une image plus proche de la réalité concernant cette baisse.

Crédit immobilier : fin de l’essor ?

Alors que le crédit immobilier vivait ses meilleurs jours depuis ces dernières années et ces derniers mois avec des taux d’intérêts historiquement bas, ce n’est plus d’actualité pour le moment. Comme de nombreux secteurs d’activité, l’immobilier s’est figé par la crise du coronavirus qui s’est propagée à l’échelle internationale.

Jusque-là, rien ne semblait pouvoir ralentir l’essor du crédit immobilier tant prisé par les français en quête d’acquisition immobilière. Depuis presque 2 mois, le nombre de prêts a régressé et les professionnels du secteur s’interrogent sur la capacité des banques à maintenir leurs conditions et surtout à des taux aussi avantageux.

A ce propos, les chiffres évoqués dans l’étude du Crédit Logement sont à prendre avec des pincettes car c’est dans les semaines à venir que nous pourrons prendre la température du marché immobilier.

En effet, car si le nombre de prêts immobiliers accordés a chuté c’est en parti dû au fait que les français ont été contraints de rester chez eux afin de lutter contre la propagation du virus et entrainant du retard dans l’étude des dossiers. C’est à dire que les financements sont peut-être tout simplement reportés et non annulés.

Il est encore trop tôt pour mesurer l’ampleur de cette chute. Le constat devra être mené dans les semaines et mois à venir car jusqu’au 11 mai, date de déconfinement prévu, la baisse devrait s’accentuer.

Des conditions de financement moins souples

Crise du Covid-19 ou non, les autorités financières avaient déjà suggéré aux banques de durcir un peu leurs conditions de financement en raison d’un montant total de crédit historique sur le territoire français. La BCE (Banque Centrale Européenne) avait depuis ces dernières années mis en place une politique de Quantitative Easing visant à faciliter les conditions d’accès au crédit pour l’ensemble des ménages français.

Depuis le début de l’année 2020, ce resserrement s’est ressenti, notamment sur la durée des prêts octroyés (en moyenne sur 229 mois en mars 2020, soit un peu plus de 19 ans). Pour autant, ce sont surtout les conditions financières des ménages qui ont été plus encadrées au détriment des ménages les moins fortunés ou de jeunes actifs.

Découvrez notre infographie

Conclusion

Globalement, les prêts restent et devraient rester à des conditions ultras favorables pour des acquéreurs ou investisseurs immobiliers.

Pour le moment, il demeure compliqué de juger l’impact sur l’immobilier résidentiel face à cette crise inédite. A ce sujet, nous vous invitons à visionner la vidéo du co-fondateur de Netinvestissement, Karl Toussaint du Wast.

Ne ratez rien de nos conseils !

A propos de l'auteur

Anais Couraud, Conseillère en gestion de patrimoine

Avis des clients de Anais :

Diplômée d’un Master II en Gestion de Patrimoine et Marchés Immobiliers à l’INSEEC Bordeaux, Anaïs débute sa carrière au sein d’un groupe d’assurance. Forte de son expérience en back-office sur les produits d’assurance-vie, de retraite et de prévoyance, elle décide d’orienter son avenir professionnel vers le conseil et l’expertise patrimoniale tant financière qu'immobilière. Conquise par la vision du métier de Chef de Projet Patrimonial et par les valeurs humaines de Netinvestissement, elle rejoint le cabinet de Bordeaux en 2017.

Lire la suite

Dernier commentaire client

"satisfait..c est tout dire"

Avis client :
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
Le 2021-04-30 09:16:34 par Gilles B.
+ -
simulation gratuite Netinvestissement

Votre simulation

gratuite & personnalisée

Je souhaite recevoir des informations de la part de Netinvestissement sur les moyens d’optimiser mes investissements*

Réponse en 24h !