Cryptomonnaies : l’euro numérique va rentrer en phase de test

Ecrit par : Stéphane van Huffel

Conseiller en gestion de patrimoine

Vu 2781

fois

1 min

de temps de lecture

L’arrivée des cryptomonnaies dans le paysage des ménages ne date pas d’hier. En effet, depuis plusieurs années ces monnaies virtuelles ont fait leur apparition mais restent encore peu sollicitées. Outre les gains prometteurs en contrepartie d’un investissement dans ces cryptomonnaies, elles ne sont pas encore utilisées à bon escient comme moyen de paiement. En effet, le Bitcoin avait fait le buzz en 2017 à la suite de l’ascension fulgurante de son cours. Malgré leur déploiement constant vers le grand public, les autorités financières telle que la Banque Centrale Européenne (BCE) restent vigilantes et souhaitent mettre en garde des potentielles arnaques ou escroqueries. Néanmoins, pour garder une longueur d’avance sur l’essor de ces monnaies virtuelles, la BCE étudie actuellement les possibilités de création d’un euro numérique.

La BCE se veut proactive

Tout récemment, la Banque Centrale Européenne a annoncé le lancement prochain d’une monnaie numérique en parallèle des espèces sans vouloir les remplacer. Le but n’est en aucun cas de se défaire de la monnaie divisionnaire classique mais de se préparer à une éventuelle utilisation massive des cryptomonnaies par les ménages de la zone euro.

D’après la présidente de l’institution monétaire, Christine Lagarde, la BCE doit être prête rapidement à créer cet euro numérique. Le 12 octobre dernier, une consultation destinée à obtenir l’avis du grand public mais également du secteur financier et des institutions monétaires a été lancée pour une période de 3 mois.

En revanche, la phase de test durera 3 mois supplémentaires pour un total de 6 mois. C’est donc courant de l’été 2021 que nous en saurons plus sur la faisabilité de cet euro numérique. Dans tous les cas, l’arrivée de cette monnaie virtuelle dans le portefeuille fictif des citoyens n’est pas envisageable avant 18 mois et pourra mettre jusqu’à 4 ans pour être opérationnelle.

Pour rappel, les espèces dont les pièces et les billets ne sont pas voués à disparaître. Il s’agit simplement de repenser les modes de paiement à la suite de la crise sanitaire du Covid-19 qui a fortement encouragé la diminution du paiement par espèces pour limiter les contacts.

Quels risques à envisager ?

Actuellement, d’autres entités privées ont déjà créé leur propre cryptomonnaies comme la Libra de Facebook. Les géants des GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) sont en pleine expérimentation de ces monnaies virtuelles ce qui inquiète beaucoup les différentes banques centrales concernant la réglementation de celle-ci. En effet, pour le moment il plane une zone d’ombre sur la réglementation de ces monnaies et sur les risques financiers.

La BCE se prémunit justement des menaces allant à l’encontre de la stabilité financière et de la protection des consommateurs. L’objectif de la BCE est d’assurer un moyen de paiement numérique fiable et sans risque pour les utilisateurs à l’échelle européenne.

Par la suite, il sera également possible pour les entreprises et ménages de la zone euro de déposer cette monnaie virtuelle directement auprès de la banque centrale. Cette autorisation n’était à ce jour valable que pour les entreprises commerciales. La création et le développement de cet euro numérique a pour visée de devenir un canal de transmission de la politique monétaire menée par la BCE. Cette nouvelle cryptomonnaie permettrait de relancer l’innovation et donc directement relancer l’économie européenne.

Conclusion

Les monnaies virtuelles sont encore à l’état de prototype et ne sont pas considérées comme de vrais moyens de paiement officiels. La future arrivée de l’euro numérique changera les moeurs et les habitudes de ménages européens.

Cette information n’est pas contractuelle et ne constitue ni un conseil en investissement ni une recommandation d’achat ou de vente de crypto-actifs ni une sollicitation d’utilisation de quelque plateforme en particulier. Si vous choisissez d’avoir recours aux services de conservation ou d’accès à des crypto-actifs et d’achat/vente de crypto actifs contre des monnaies fiduciaires (FIAT) ayant un cours légal, vérifiez que votre interlocuteur est bien enregistré auprès de l’AMF. Les prestataires de services sur actifs numériques (PSAN) sont des intermédiaires financiers qui proposent différents services relatifs à l’investissement en crypto actifs, cryptomonnaies. L’investissement dans les cryptomonnaies, crypto actifs présente de nombreux risques dont un risque important de perte en capital et est sujet à une forte volatilité. Il existe de nombreuses arnaques sur les cryptoactifs, restez vigilants et renseignez-vous avant tout investissement.

Ne ratez rien de nos conseils !

A propos de l'auteur

Stéphane van Huffel, Conseiller en gestion de patrimoine

Avis des clients de Stéphane :

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France.

Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast & Van en 2005 puis fonde netinvestissement avec son associé Karl Toussaint du Wast. Il est également co-fondateur du tour de France de l’immobilier et du baromètre des placements. Stéphane intervient régulièrement en tant qu’expert auprès de nombreux média français.

Lire la suite

Dernier commentaire client

"Informations très claires. Navigation aisée."

Avis client :
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
Le 2022-06-10 17:35:59 par Janine B.
+ -
simulation gratuite Netinvestissement

Votre simulation

gratuite & personnalisée

Je souhaite recevoir des informations de la part de Netinvestissement sur les moyens d’optimiser mes investissements*

Réponse en 24h !