Fin de l’ISF PME : une bonne chose ?

Visa expert

L’article « Fin de l’ISF PME : une bonne chose ? » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Hotman Achab - le 21/09/2017

Le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, confirme que le dispositif de défiscalisation en faveur des PME ne sera pas reconduit dans le cadre de la réforme de l’ISF. Inhérente à la suppression de l’ISF, la fin du dispositif ISF-PME engendre de l’inquiétude chez les sociétés du capital-investissement et est un drame pour les jeunes start-up.

Les inquiétudes sur la disparition de l’ISF PME

Le monde de l'investissement dans les entreprises est en effervescence. Les business angels, professionnels du capital-investissement et acteurs du financement participatif s'inquiètent de la disparition de l'ISF-PME. En effet, ce dispositif encourage les particuliers à soutenir les entreprises en leur permettant de réduire leur impôt, de l'équivalent de 50% de leur investissement.

La disparition de l’ISF PME était attendue depuis plusieurs mois car Emmanuel Macron s'était engagé à supprimer l'ISF pour le remplacer par l'Impôt sur la Fortune Immobilière (l'IFI). Néanmoins, « on pensait que le gouvernement transposerait sur l'IFI ce mécanisme essentiel de financement des PME », explique Alexis Dyèvre, associé d'Audacia, une société spécialisée dans l'investissement direct dans les PME.

Les jeunes sociétés innovantes touchées

Pour les investisseurs, la suppression de l'avantage fiscal est de très mauvaise augure pour le financement des sociétés jeunes, innovantes et de petite taille qui étaient ciblées par l'ISF-PME. « Si les contribuables n'ont pas cette incitation ils vont privilégier les investissements classiques dans les OPCVM ou dans des PME rentables », déplore Philippe Pouletty, directeur général de Truffle Capital.

« Plus de la moitié des investisseurs de l'ensemble de nos réseaux de business angels ont recours à la défiscalisation d'ISF-PME. On peut donc anticiper que les investissements dans les entreprises innovantes soient divisés par deux », déclare Tanguy de la Fouchardière, président de France Angels, la fédération nationale des business angels.

D’après les spécialistes, la situation est d'autant plus inquiétante que les investissements liés à l'ISF-PME sont significatifs. En 2016, le dispositif a permis de lever 516 millions d'euros, selon l'Afic, le lobby du capital-investissement. Ces chiffres correspondent aux seuls investissements réalisés via les fonds FIP et FCPI alors que les particuliers peuvent aussi réduire leur ISF en investissant en direct ou via des holdings.

Conclusion

Le monde de l’investissement des entreprises est chamboulé face à l’annonce de la suppression de l’ISF PME. Afin d’y faire face, les professionnels réclament une augmentation de l'avantage Madelin, qui permettraient de réduire son impôt sur le revenu (IR) en cas d'investissement dans les sociétés.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Hotman Achab , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Diplômé d’un Master en gestion de patrimoine qu’il a obtenu en 2003, Hotman Achab débute sa carrière professionnelle au sein de la Société Générale en tant que conseiller patrimonial pendant 4 ans puis rejoint le Banque Postale ou il occupe les fonctions de conseiller patrimonial. En 2010, il intègre la division Banque Privée, toujours à la Banque Postale, ou il sera notamment élu « meilleur CGP d’Ile de France ». En 2014, après plus de 11 ans passées dans l’environnement patrimonial bancaire, Hotman souhaite évoluer et décide de s’associer au Groupe Wast & Van et prend la direction, début 2015, de Wast & Van Grand Paris.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides