banniere article

Quel est l’impact de l’inflation sur la Bourse ?

L’article « Quel est l’impact de l’inflation sur la Bourse ? » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des informations communiquées.

  • Avis de nos lecteurs :
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • 10/10 pour 2 avis
Ecrit par : Pierre-Laurent Sartres

Conseiller en gestion de patrimoine

170 vues

par nos lecteurs

4 min

de temps de lecture

Votre simulation

gratuite et personnalisée

Je souhaite recevoir des informations de la part de Netinvestissement sur les moyens d’optimiser mes investissements*

Introduction

Cela ne vous a surement pas échappé, le retour de l’inflation fait rage dans notre pays et sur l’ensemble de la planète d’ailleurs.

Pour rappel, ce terme désigne une augmentation du niveau général des prix des biens et des services. Nous la mesurons sur une année en termes de pourcentage. Elle peut être constante ou passagère. D’une autre manière, nous pouvons dire que c’est l’augmentation de l’indice des prix à la consommation et par conséquent la baisse du pouvoir d’achat. En d’autres termes, chaque euro vaut moins cher (hors toute considération de change entre monnaies !).

Bien évidemment, ce principe important de notre société à des effets très importants sur le fonctionnement général de notre économie et donc des marchés financiers.

Ensemble, voyons les effets de ce mécanisme sur les marchés financiers : quelles causes pour quelles conséquences. Cette analyse ne se veut pas exhaustive bien évidemment, tant les mécanismes sont complexes et interdépendants.

Avant de commencer, je vous invite à prendre connaissance de ce lexique :

  • La déflation ou l’inverse de l’inflation : lorsque le niveau général des prix chute. C’est l’opposé de l’inflation.
  • L’hyperinflation : hausse très rapide des prix. Dans des cas extrêmes, cela peut mener à la chute du système monétaire d’un pays. L’un des exemples les plus marquants de cas d’hyperinflation eut lieu au Venezuela en 2018, avec une inflation de plus 1 000 000 % par an!
  • La stagflation : croissance faible et forte inflation. C’est la combinaison d’un fort chômage et d’une stagnation économique accompagnée (paradoxalement) d’une forte inflation. C’est ce qui arriva dans les pays industrialisés dans les années 1970, lorsque l’économie mondiale, déjà affaiblie, subit une augmentation des prix du pétrole pilotée par l’OPEC (ancêtre de l’OPEP).

Si vous désirez plus d’informations sur la Bourse, vous pouvez contacter un conseiller netinvestissement en cliquant ici.

1. Faut-il s’attendre à une chute de la bourse avec le retour de l’inflation ?

En théorie, une inflation plus forte n'est pas une bonne nouvelle pour le cours des marchés financiers pour trois grandes raisons.

Premièrement, Le capital coûte plus cher. Car face à un taux d’inflation qui s'installe, les banques centrales se doivent d’augmenter les taux directeurs. D’ailleurs, la Banque centrale européenne (BCE) vient de relever (été 2022) ses taux directeurs de 50 points de base. C’est tout simplement une première depuis 11 ans et cela met fin à des taux négatifs ainsi qu’à une politique monétaire accommodante. À compter du 27 juillet 2022, le taux des passera à 0,50%.

Et cela finit par se répercuter sur les entreprises car celles-ci empruntent de l’argent avec un taux d’intérêt plus élevé. La situation de marché devenant moins avantageuse pour elles, le cours de leurs actions peut s’en ressentir.

Deuxièmement, si les taux d’intérêts augmentent, cela veut dire que les rendements obligataires repartent à la hausse. Il se pourrait donc que les gérants de fonds viennent investir plus de capitaux sur cette classe d’actifs et un peu moins sur les actions. De fait, la tendance de la Bourse sera baissière.

Enfin, les entreprises sont directement touchées par la hausse des prix : notamment au niveau des matières premières. Certaines d’entre elles répercutent la hausse des prix directement aux consommateurs alors que d’autres ne le peuvent pas, ce qui les contraint à réduire leur marge. Ces dernières voient leurs dividendes baisser à terme car les bénéfices fondent.

Le taux d’inflation en 2022 en quelques chiffres :

Entre 2012 et 2021, l’inflation aux États-Unis et en Europe reste maîtrisée (contenue entre – 0,5 % et + 3 %), avant d’engager une croissance notable dès début 2022 pour atteindre les seuils suivants :

Au 1er trimestre 2022 :

  • États-Unis : + 8,0 %
  • Zone Euro : + 6,1 %
  • France : + 4,2 %

Au 2ème trimestre 2022 :

  • États-Unis : + 7,6 %
  • Zone Euro : + 7,5 %
  • France : + 5,4 %

Au 3ème trimestre 2022 (données estimatives) :

  • États-Unis : + 7,0 %
  • Zone Euro : + 7,6 %
  • France : + 5,6 %

2. L’évolution des principaux indices boursiers

Mieux que des mots, voici quelques graphiques représentant les indices boursiers les plus connus. Voici leur évolution depuis 5 ans (2017).

  • CAC 40 (notre indice vedette !) : indice français des 40 plus grande capitalisation

guide-impact-de-linflation-sur-la-bourse

  • Euro Stoxx 50 : indice européen des 50 plus grandes capitalisations

guide-impact-de-linflation-sur-la-bourse

  • Down Jones : indice américain le plus ancien

guide-impact-de-linflation-sur-la-bourse

  • Nasdaq : indice américain avec un biais dédié aux valeurs technologiques

guide-impact-de-linflation-sur-la-bourse

3. Quelles conséquences de l’inflation sur les marchés financiers ?

À travers les graphiques précédents, vous pouvez constater l’impact de l’inflation depuis la fin de l’année 2021. Ce constat reste sommaire et nous n’allons pas faire une analyse macro et micro économique excessivement poussée. Ce serait bien trop présomptueux.

En revanche, des tendances de fonds se dessinent.

Wall Street résiste…

L’inflation aux Etats Unis a atteint 7% en 2021. De l’autre côté de l’Atlantique, elle a été surnommée la « Bidenflation » en rapport avec le plan de relance initié par le président. Cet emprunt américain a conduit à une croissance plus rapide du PIB (Produit Intérieur Brut) et donc à une inflation plus forte qu’en Europe en 2021. Par conséquent, la consommation des ménages, premier moteur de croissance pour les USA, est bonne grâce à un pouvoir d’achat maintenu.

Mais la Banque Centrale Américaine (la FED) a dû relever ses taux directeurs et durcir sa politique monétaire afin de limiter l’inflation.

La France aussi…

Certes, ce n’est pas la panacée, mais notre pays résiste sur plusieurs plans. L’inflation est moins importante que chez nos voisins. Nous sommes un peu moins dépendants du gaz russe et de l’importation d’énergie que l’Allemagne par exemple. Cela ne veut pas dire pour autant que notre économie n’est pas touchée et de fil en aiguille, le CAC 40.

Nous voyons que notre indice phare est impacté en 2022 par l’inflation, sans aucun doute.

Des bourses européennes qui souffrent...

C’est le « Vieux Continent » qui est au centre des attentions. En effet, le moteur économique de l’Europe, l’Allemagne, connait une inflation particulièrement forte, comprise entre 7 et 8% mi 2022. Elle est concernée de plein fouet par l’approvisionnement de gaz russe. Cette dépendance est une cause principale de la hausse des prix à la consommation.

Les autres pays historiques suivent cette tendance.

D’autre part, l’euro perd du terrain face au dollar. Cela entraine certes une amélioration des exportations, mais cela amplifie les soucis d’importation avec des prix détonnant !

Tout comme les technos !

Cela faisait 20 ans, depuis la bulle internet, que les valeurs technologiques n’avaient pas autant été secouées. En effet, de nombreuses grandes sociétés à vocation technologique ont vu leurs ventes gonfler au début de la pandémie de coronavirus. Les consommateurs confinés recherchant des produits utilisables de chez eux. Certaines entreprises ont condensé cinq années de croissance en deux ans ! Cet engouement a cessé avec la fin des confinements et une certaine forme de rationalisation a touché ces valeurs qui avaient peut-être été trop surévaluées.

De plus, les blocages en Chine des chaines de production n’ont rien arrangé (composant informatiques) avec leur politique 0 COVID.

4. Les réponses européennes et internationales

Globalement, si les marchés réagissent négativement à l’inflation, c’est avant tout parce qu’elle est subie.

Les gouvernements successifs ont tenté de maintenir la hausse des prix au-dessus de 2%. Car oui, notre système économique a besoin d’inflation pour fonctionner.

En France

En dépit du fait que l’inflation est moins forte dans l’Hexagone que dans le reste de l’Europe, le gouvernement a dû prendre des mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des ménages. Car, si les citoyens peuvent acheter, les entreprises gardent leur marge et leur cours en Bourse est maintenu. Donc, il y a une hausse des pensions de retraite, des APL, défiscalisation de primes, baisse des cotisations sociales des indépendants, etc…

D’autre part, sur un plan immobilier, la hausse de l’indice de référence des loyers (IRL) est bloquée à 3,5%. Certes, du point de vue des locataires, cela reste élevé. Selon les propriétaires, et notamment ceux qui relèvent de baux commerciaux en résidence service, cela peut être une bonne surprise car la réévaluation est basée sur cet IRL.

En Europe

L’Union Européenne est face à une crise économique importante car l’inflation est due à plusieurs facteurs. Malheureusement le conflit russo-ukrainien a cassé la reprise économique d’après COVID.

La Banque Centrale Européenne n’a pas d’autre choix que d’augmenter ses taux directeurs pour contrecarrer la hausse des prix. Cela fait suite à plusieurs années de taux négatifs. Mais l’effet ne se fera pas sentir tout de suite.

Cette décision n’a pas été bien accueilli par les marchés européens a contrario. Ils jugent qu’il y a encore un flou dans la politique de taux. La hausse arriverait trop tard (par rapport aux USA notamment) et ne serait pas assez forte à la vue de l’aide aux ménages qui creuse les déficits.

Aux Etats Unis

La banque centrale américaine a bien relevé ses taux directeurs en 2022. Comme nous l’avons dit, plusieurs centaines de milliards de dollars ont été injectés pour relancer le pouvoir d’achat des ménages après le COVID.

Et ce n’est pas fini car la FED compte bien utiliser tous ces outils pour lutter contre l’inflation. Elle s’est contractée mi 2022. L’objectif avoué est de revenir à une augmentation des prix plus raisonnable autour de 2%.

Conclusion

Finalement, la conjoncture de 2022, hyperinflationniste en Europe, découle de plusieurs phénomènes :

  • L'après COVID (en tout cas, au moment où nous écrivons ces lignes !) et ses périodes de confinement mondial qui a ralenti extrêmement la production notamment en Chine.
  • La guerre en Ukraine qui impacte fortement l’approvisionnement et le cout de l’énergie en Europe.
  • La hausse des prix à la consommation qui a été plutôt maitrisée depuis les années 2000.

Le souci de la hausse des prix à la consommation réside dans le fait qu’elle soit subie. Et c’est exactement ce qui se passe en ce moment. Les pouvoirs publics ne font que réagir et les Bourses constatent les dégâts.

Enfin, l’impression du lien entre inflation et marchés financiers est accrue du fait que les indices principaux mondiaux étaient à des niveaux élevés. Le CAC 40 ayant même battu son point le plus haut historique.

Car si l’inflation est maîtrisée, les marges sont maintenues plus facilement et les actifs boursiers progressent en général. N’hésitez pas à nous contacter pour creuser le sujet et adapter au mieux votre épargne à la situation des marchés.

Ne ratez rien de nos conseils !
Vous avez aimé ce guide ?
Laissez une note !

10/10 pour 2 lecteurs

A propos de l'auteur Pierre-Laurent Sartres, Conseiller en gestion de patrimoine | 34 articles en ligne

Avis des clients de Pierre-Laurent :

  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris

Après l’obtention d’une Licence et d’un diplôme d’Etat, Pierre-Laurent a obtenu l’ensemble des accréditations pour exercer le métier de conseiller en gestion de patrimoine en 2015 : MIOBSP, MIA et CIF. Il intègre alors un réseau national indépendant de conseil en investissement la même année.

D’origine aveyronnaise, Pierre-Laurent a vu dans ce métier une formidable opportunité professionnelle aux vues des enjeux de demain.

Pendant 4 ans, il a fait de la culture financière son cheval de bataille en proposant des conférences, des réunions ou animer des débats à travers son activité de conseil. Souhaitant évoluer dans une structure plus importante il décide de rejoindre netinvestissement mi-2019 fort de sa volonté farouche de proposer une offre produit globale, qualitative et disruptive.

Lire la suite
Dernier commentaire client

"Très satisfait de ma mise en relation avec Mr Sartres. Un conseiller professionnel, à l'écoute et ayant des solutions adaptées à notre profil"

Avis client :
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
Le 2022-06-16 19:12:03 par Benjamin D.
Voir son profil Contactez Pierre-Laurent
Comment ça marche ?
C'est simple comme 1,2,3

1-Vous choisissez

Parmi l'ensemble des placements financiers et immobiliers sur le marché français.

2-Prise de contact

Fixez un rendez-vous gratuit avec un chef de projet patrimonial et recevez une réponse en 24h.

3-Vous souscrivez

Finalisez votre projet facilement en suivant les étapes de souscription.

Ils nous ont fait confiance
Des centaines de netinvestisseurs heureux !
/10

sur 513 avis clients

simulation gratuite Netinvestissement

Votre simulation

gratuite & personnalisée

Je souhaite recevoir des informations de la part de Netinvestissement sur les moyens d’optimiser mes investissements*

Réponse en 24h !