banniere article

Notre top 9 des meilleurs placements pour investir en 2023

Vos objectifs Guides Placer son argent
En résumé ...
Nos meilleurs placements à privilégier en 2023 sont l’immobilier vert, la location meublée, le coliving, la pierre papier, l’assurance-vie, les fonds structurés, le Plan d'Epargne Retraite, le Private Equity, la Bourse et les cryptomonnaies.

L’article « Notre top 9 des meilleurs placements pour investir en 2023 » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des informations communiquées.

  • Avis de nos lecteurs :
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • 6,9/10 pour 271 avis
Ecrit par : Stéphane van Huffel

Conseiller en gestion de patrimoine

1605930 vues

par nos lecteurs

12 min

de temps de lecture

Votre simulation

gratuite et personnalisée

Je souhaite recevoir des informations de la part de Netinvestissement sur les moyens d’optimiser mes investissements*

Introduction

Dans quoi investir en 2023 ? Quels placements privilégier ? Quelles sont les nouvelles opportunités d’investissement intéressantes en 2023 ?

Comme si 2020 et 2021 n’avaient pas suffit, l’année 2022 nous aura incontestablement, elle aussi, « offert » son lot de souvenirs pour le moins singuliers. Entre les élections présidentielles, l’inflation, la guerre en Ukraine et la hausse brutale des taux d’intérêts, on ne s’est clairement pas ennuyé. Et pourtant, l’année 2022 s’est, in fine, bien déroulée pour les Netinvestisseurs et leurs placements, conformément à nos prévisions et à nos stratégies. La Terre, elle aussi, a continué de tourner et avec elle une économie mondiale en plein changement, en pleine mutation.

C’est en effet bien de cela dont il s’agit. Oser agir et savoir prendre les bonnes décisions lorsque l’on évolue dans un environnement mouvant, en pleine (r)évolution et en changement permanent. Nous assistons en effet depuis 2020 à de profonds changements sociétaux et comportementaux qui obligent le marché, l’économie à s’adapter lui-même à ces changements. C’est donc en prenant notamment en considération ces paramètres que nous allons voir ici ensemble dans quoi investir en 2023.

Comme chaque année, j’ai en effet le plaisir de rédiger pour vous ce top guide actualisé : dans quels placements investir en 2023 ?

Alors ne perdons pas de temps. Vous êtes prêt·e·s ? Allez, c’est parti !

Si vous désirez plus d’informations sur notre sélection des meilleurs placements du marché, vous pouvez contacter un conseiller Netinvestissement en cliquant ici.

Les nouvelles opportunités d’investissement en 2023

LE PETIT CADEAU FISCAL : le projet de loi de finances pour 2023 prévoit, pour le moment, une revalorisation de 5,5 % des tranches du barème de l’impôt sur le revenu. Cette nouvelle mesure a notamment comme objectif de contrôler et mieux maîtriser les effets de l’inflation sur la fiscalité des contribuables français. C’est plutôt une bonne nouvelle pour les ménages redevables de l’impôt.

Concrètement qu’est-ce que cela signifie ? Si vous avez bénéficié d’une augmentation de salaire, vous ne subirez pas de hausse d’impôts. Un petit coup de pouce de Bercy fort appréciable face à la hausse des prix à la consommation.

1. L’immobilier passif et « vert »

En 2023, plus que jamais : l’immobilier oui, plus que jamais. Pourquoi ?

Parce que le nombre de logements neufs construits, mis en chantier ou vendus en 2022 aura été très en deçà du besoin chronique de la France en matière de nouveaux logements, en raison notamment des nombreuses annulations ou refus de permis de construire de la part des maires fraichement élus.

Parce que la mise en application au 1er janvier 2023 de la loi Climat interdit désormais de mettre en location un bien immobilier considéré comme une passoire thermique.

Pour le moment il s’agit uniquement des logements en catégorie F et G du DPE (diagnostic de performance énergétique), mais chaque année, la loi Climat va se resserrer, pour évoluer progressivement vers les logements notés E, puis D, etc.

Pour information, on estime que 15% du parc immobilier français ne répondrait pas à ces nouvelles normes énergétiques. Tant que ces logements n’auront pas été mis aux normes par leurs propriétaires, ces derniers ne pourront plus mettre leurs biens en location notamment parce que les besoins des Français en matière de logements ont profondément évolué depuis 2020 et le « traumatisme » des confinements.

De l’immobilier oui… mais pas n’importe quel immobilier.

Nous venons de le voir, la loi Climat impose désormais des règles plus strictes en matière de maîtrise de l’énergie. Cela tombe « bien » car, concomitamment à la mise en application de cette loi, on assiste à une hausse significative du coût de l’énergie, qu’il s’agisse du prix du gaz, de l’électricité ou du pétrole (en raison notamment de la guerre en Ukraine) ainsi que de nouveaux critères de sélection de la part des Français en matière de logements : des logements moins énergivores, plus respectueux de l’environnement et de plus en plus au « vert » ; entendez par là, en dehors des plus importantes zones urbaines.

Car c’est bien là le second profond changement : l’emplacement. Auparavant, il fallait à tout prix s’entasser au maximum dans un centre-ville ultra dense et de préférence bien pollué pourvu que l’on soit proche des transports et de son lieu de travail.

« Mais ça, c’était avant. »

Désormais, de plus en plus de Françaises et de Français (dont vous certainement) aspirent à vivre au vert, sinon à la campagne, du moins avec un jardin, près d’un parc ou d’un bois, bref, un peu plus éloigné de la ville qu’auparavant.

Les rez-de-chaussée, souvent boudés par les investisseurs, sont redevenus « tendance » et la demande pour ce type de bien a explosé. « Un studio d’accord, mais à condition qu’il y ait une micro terrasse ou un petit jardinet pour pouvoir y poser une chaise et y prendre le soleil ».

EN RESUMÉ : l’immobilier reste une classe d’actifs essentielle en 2023 pour vos investissements, à condition de privilégier les biens bénéficiant des dernières normes énergétiques (BBC a minima). Quant à l’emplacement, orientez plutôt vos choix vers les villes périphériques des grandes villes de Province. Non seulement les prix sont encore accessibles (et donc, le rendement bien meilleur), mais l’appétence croissante pour ces nouvelles zones devrait porter les prix à la hausse sur les dix prochaines années, de quoi refaire ce que l’on a fait à Bordeaux, Toulouse, Nantes ou Strasbourg ces dix dernières années en termes de plus-value.

netinvestissement vous recommande :

Notre sélection des meilleurs placements : dans quoi investir ?

Notre sélection des 9 meilleurs placements en 2023 | Netinvestissement

2. La location meublée

La location meublée rentre dans la grande famille de « l’investissement immobilier ».

En effet, on a trop souvent tendance à parler du marché immobilier dans son ensemble alors qu’en fait la France compte une multitude de micromarchés immobiliers. Qu’il s’agisse de marchés immobiliers géographiques (chaque région, chaque ville de France a son propre marché) ou encore par typologie de logement ou typologie de location.

En effet l’on ne peut pas comparer le marché immobilier à Nanterre avec celui de la périphérie de Toulouse par exemple. Cela n’a tout simplement aucun rapport.

Bref, notre marché immobilier français offre une palette de solutions extrêmement large. Et pour 2023, c’est bien la location meublée qui nous semble la plus cohérente.

Si la location meublée offre de nombreux avantages, tout n’est pour autant pas bon à prendre dans la location meublée.

En matière de location meublée, il existe trois sous-familles principales.

  • L’appartement que vous allez louer et gérer vous-même en meublé près de chez vous.
  • Les appartements en Airbnb.
  • Les résidences dites « de services ».

Premier cas « simple » : vous gérez seul(e).

Généralement, vous souhaiterez acheter près de chez vous (forcément car c’est forcément mieux qu’ailleurs…), vous mettrez des meubles dans l’appartement et le mettrez directement en location vous-même via un bail meublé sur un site d’annonces gratuites bien connu. Et hop… (enfin, si tout se passe bien).

L’avantage : c’est simple à comprendre et, sur le papier, simple à mettre en place.

Principal inconvénient : vous devrez tout gérer tout(e) seul(e) et serez surtout exposé(e) à tous les risques et aléas inhérents à un investissement immobilier réalisé seul(e) : risque de ne pas avoir de locataire, saisonnalité éventuelle, sinistres, travaux, baisse d’attractivité du quartier, dégâts, aléas de travaux, charges, etc.

Cette typologie d’investissement est donc plutôt à privilégier si vous aimez bricoler et que vous avez du temps (beaucoup de temps) à consacrer à la gestion du bien et des locataires.

Concrètement, chez Netinvestissement, ce choix d’investissement n’est pas privilégié car nous le considérons beaucoup trop chronophage, aléatoire et relativement peu maitrisable en termes de risque.

Deuxième sous-famille de location meublée : le AirBnb.

Vous en avez toutes et tous au moins entendu parler.

Seulement voilà, depuis la crise du COVID et la « désertification de touristes et de voyageurs à courte durée » sur notre sol, la donne a pour le moins changé les choses.

Les appartements mis en location en AirBnB sont en effet directement et principalement soumis au marché touristique local. Or celui-ci n’a jamais retrouvé son niveau « d’avant confinements ». Qu’il s’agisse des touristes étrangers comme des touristes français qui circulent et voyagent moins en France.

De plus, les appartements en Airbnb se livrent une grande concurrence entre eux, obligeant les propriétaires à sans cesse « upgrader » leur logement au risque de le voir se faire dégrader, la concurrence des hôtels qui ne se sont pas laissés faire et qui ont entamé une mue de leurs concepts et de leurs offres.

Là encore, à part dans quelques rares exceptions bien spécifiques, nous ne privilégions ni ne recommandons trop ce type d’investissement immobilier.

Troisième sous-famille : les résidences gérées.

Là encore attention, tout n’est pas bon dans le marché de la résidence gérée.

Comme je le rappelais en préambule de ce chapitre, il n’y a pas un mais une multitude de sous marchés immobiliers. Il en est de même pour le LMNP (Loueur Meublé Non Professionnel ou Location Meublée Non Professionnelle) géré.

Dans la famille des résidences de services gérées, il existe cinq sous-familles : étudiants, chambres médicalisées (EHPAD), chambres non médicalisées, affaires et tourisme.

Très clairement et pour des raisons évidentes et pragmatiques de demande et de marché, chez Netinvestissement nous ne privilégions que les deux premières catégories : étudiants et EHPAD.

Il s’agit en effet là des deux secteurs réellement résilients, dits « de contrainte » et qui ne sont donc pas impactés par les évolutions conjoncturelles. Or ce n’est malheureusement pas le cas pour les résidences d’affaires, de tourisme ou les résidences senior qui toutes (ou presque) souffrent d’un taux de remplissage trop faible pour assurer la pérennité du rendement économique de la résidence.

Attention aux amalgames : toutes les résidences de services ne se valent pas.

Netinvestissement a développé un très gros savoir-faire et une forte expérience depuis 2010 en matière d’investissement en LMNP. N’étant ni tenus ni rattachés à aucun promoteur ni opérateur, nous pouvons avoir une approche et une sélection du marché « objective » afin de sélectionner pour vous objectivement le meilleur investissement.

Le principal avantage d’opter pour ce type d’investissement en location meublée dans une résidence de services est son encadrement par bail commercial.

En d’autres termes, vous signez un bail commercial avec une société qui sera votre locataire unique pendant une longue durée. Cette société, au travers du bail qu’elle aura signé avec vous donc, s’engage à vous louer votre appartement et à vous régler un loyer chaque mois. Charge à elle ensuite de le « sous-louer », de le « relouer » à des locataires types étudiants ou pensionnaires type personnes âgées. Toujours dans ce bail commercial, absolument tout est précisé et notamment sa durée, ses conditions de renouvellement, « qui paye quoi » en termes de charges, travaux, mises aux normes etc.

Ainsi vous, en tant qu’investisseur, saurez très exactement combien cet investissement vous rapportera dans le temps et quels sont les coûts à prévoir.

3. Le coliving

Avec la hausse constante du coût des loyers (principalement lié au manque de logements à louer en France), de plus en plus d’étudiants, de jeunes ou de célibataires, se tournent vers la colocation ou le coliving. Non seulement cette nouvelle tendance permet de répondre au problème du manque de logements, au moins un peu, mais elle offre pour le propriétaire investisseur un rendement locatif bien supérieur à une location classique.

Et ce marché du « vivre-ensemble » est en pleine explosion et pas seulement pour des questions de budget locatif pur qui était la base du concept de colocation ; là encore, la période des confinements a généré de profondes mutations dans les attentes des Français en matière de logements.

Ce coliving est de la colocation améliorée avec des logements mieux réfléchis, mêlant à la fois de vrais espaces communs mais également de vrais espaces privés ou des espaces professionnels connectés afin de mélanger les typologies de locataires.

Certes le temps de gestion, la logistique et l’entretien de ce type d’investissements requièrent davantage de travail mais finalement, le rendement global est optimisé. De plus, des acteurs spécialisés sont apparus afin de vous apporter des solutions clés en mains adaptées à votre besoin et à votre budget. N’hésitez pas à creuser ces opportunités avec notre équipe.

4. La pierre papier

En 2023, l’investissement dans les SCPI (Sociétés Civiles de Placement Immobilier) a encore tout son sens.

Que vous soyez à la recherche de revenus réguliers sans pour autant avoir à gérer tous les risques et aléas inhérents à ce type d’investissement ou que vous souhaitiez placer un peu d’argent dans « quelque chose de tangible et palpable », et de peu volatile, les SCPI répondent à ces besoins.

En effet, les SCPI ont su montrer une très grande résilience au cours des dernières années. Confinements, hausses des taux, risques divers, qu’importe. Les rendements ont été maintenus, la croissance de ce marché s’est poursuivie et de nombreux nouveaux secteurs d’activité ou géographiques continuent d’offrir aux SCPI de belles opportunités.

ATTENTION : car toutes les SCPI ne se valent pas. Bien évidemment les SCPI très largement investies sur de l’immobilier de bureaux « vieillissants » auront davantage de difficultés que celles qui investissent dans l’immobilier connecté, l’immobilier vert ou adapté aux nouveaux besoins et usages. Sachez faire le tri parmi la large offre du marché. Evidemment, vous retrouvez sur Netinvestissement notre sélection pour 2023 !

5. L'assurance-vie by Netinvestissement

« Les mêmes effets produisent les mêmes résultats ».

Au cours de mes dix-sept dernières années en tant que conseiller en gestion de patrimoine, je ne saurais dire combien de fois j’ai rencontré des personnes qui nous sollicitaient pour faire un point sur leur patrimoine et voir comment l’améliorer et qui avaient ouvert une (ou plusieurs) assurance-vie, (bien souvent dans leur banque) qui n’était absolument pas suivie, gérée ni arbitrée. Certainement dans plus de 80% des cas.

Une assurance-vie ne doit pas simplement se contenter d’avoir été ouverte un jour. Elle doit être gérée, actualisée, arbitrée, suivie, au gré de l’évolution des cycles économiques et des changements.

Pour nous c’est ça une véritable assurance-vie. C’est pour cela que j’ai intitulé ce chapitre l’assurance-vie by Netinvestissement.

En 2023, il est évidemment toujours judicieux de détenir une (ou plusieurs) assurance-vie mais ce qui va réellement importer ce n’est pas tant le contrat en lui-même mais plutôt les « ingrédients » que l’on va y mettre.

Bien évidemment, chacun(e) d’entre vous a une situation et des besoins qui lui sont propres, c’est pourquoi nous ne pouvons pas faire d’un cas une généralité. Toutefois, je vous livre ici une analyse des quatre poches principales qui existent ou qui devraient exister dans un bon contrat d’assurance-vie.

Le fonds euro a-t-il encore un sens ?

Les fonds euro ne rapportent plus rien, ça, vous le savez certainement déjà mais ils offrent encore pour le moment la fameuse « garantie du capital ».

En effet, jusqu’à présent, 10 000 € investis en fonds euro afficheront toujours 10 000 € dans un an sur votre relevé de compte. Mais ce que vous ne savez en revanche peut-être pas c’est qu’en plaçant votre argent sur un support « rémunéré » à 1% (c’est le rendement moyen des fonds euro en 2022) alors qu’il y a une inflation à 6 ou 7%, vous perdez en réalité de l’argent. Certes, votre relevé affichera bel et bien la même somme d’une année sur l’autre, mais le pouvoir d’achat afférent à cette somme aura en revanche lui baisser d’autant.

Chez Netinvestissement, nous pensons que l’on ne peut raisonnablement pas se passer des fonds euro mais tant qu’à faire dans ce cas, optons alors pour les meilleurs fonds euro, c’est-à-dire des fonds euro qui offrent toujours la garantie du capital mais qui ont une stratégie de gestion en leur sein plus moderne, plus intelligente.

Ces fonds euro longtemps appelés « nouvelle génération », tout en garantissant le capital, investissent une partie des fonds sur des produits financiers autres que les dettes souveraines classiques. Ainsi, dans le « pire des scénarios », on fait 0% de rendement et dans le meilleur des cas, 2% voire davantage.

L’immobilier dans l’assurance-vie

L’immobilier dans l’assurance-vie offre une alternative intéressante aux fonds euro. Certes les produits immobiliers ne sont, par essence, pas garantis en capital mais ce sont des supports investis sur des actifs tangibles, offrant peu de volatilité et surtout ayant montré une remarquable résilience au cours des dernières années, affichant toujours des rendements de l’ordre de 4% par an, quelle que soit la situation.

En 2023, intéressez vous plutôt aux SCI de SCPI ou aux SCP de SCPI logeables dans les bonnes assurances-vie. Evitez les SCPI en direct dans l’assurance-vie, bien plus chargées en frais.

Les fonds structurés

Si vous nous suivez sur Netinvestissement, vous avez déjà certainement entendu parler des fonds structurés. Appelés également produits structurés, il s’agit de véhicules financiers que l’on peut loger notamment dans l’assurance-vie. Ces produits structurés sont particulièrement intéressants en période de troubles ou de manque de visibilité car ils permettent notamment de maitriser et de connaitre son niveau de risque au travers ce que l’on appelle les barrières de protection.

En d’autres termes, tant que le cours du fond structuré oscille dans ce fameux couloir de protection, votre capital est protégé. Mais ce n’est pas tout. Les fonds structurés permettent de connaitre dès le départ le montant du rendement (appelé coupon) que vous allez percevoir.

Evidemment, plus le niveau de sécurisation/protection du capital est élevé moins le rendement du produit sera élevé. Logique. Mais le gros avantage est que l’on peut littéralement fabriquer un produit structuré sur mesure.

Chez Netinvestissement nous avons accès à une très large gamme de fonds structurés investis sur une multitude de sous-jacents différents, avec des rendements, des barrières de protection et des dates d’échéance différentes. Ainsi nous pouvons véritablement choisir en fonction de vos attentes et besoins. Il n’est par ailleurs pas rare que l’on fabrique pour nos clients un produit dédié, intégrant nos propres convictions, que l’on vous propose ensuite afin de l’intégrer dans votre contrat d’assurance-vie.

Incontestablement les fonds structurés, dans la mesure où ils sont en phase avec votre profil de risque investisseur, offrent des solutions de placements pertinentes en 2023, permettant de générer des rendements potentiellement intéressants tout en ayant une bonne connaissance et une bonne maitrise de son risque.

Les secteurs de demain

Je faisais allusion, au début de ce chapitre, à l’importance de suivre, de gérer et donc d’adapter ses placements en fonction des évolutions de marché.

Clairement, les composantes à intégrer dans ses placements en 2023 sont différentes d’il y a ne serait-ce que deux ans. Les industries évoluent, apparaissent ou disparaissent, laissant place à de nouvelles sociétés, les startups, les techs, ces jeunes sociétés ultra innovantes qui apportent des solutions et des outils de consommation plus rapides, plus simples, mieux adaptées aux nouveaux besoins de consommation.

Ainsi, voici quelques nouveaux secteurs à privilégier en 2023 :

  • Le cloud computing,
  • La cybersécurité,
  • L’intelligence artificielle,
  • Les solutions de reconnaissance vocale (text to speech) et de morphing (pour les avatars virtuels notamment),
  • Le big data,
  • Le transport autonome,
  • L’agriculture verticale sont quelques-uns des secteurs de demain à privilégier dans vos placements.

Il existe de plus en plus de sociétés de gestion (et donc de fonds OPCVM) qui se sont spécialisées dans ces secteurs. Leur choix dépendra notamment de votre stratégie de gestion et de vos convictions personnelles.

6. Le Plan d’Epargne Retraite

Il n’est pas possible de ne pas aborder le PER en tant que placement à privilégier en 2023.

Dans le contexte actuel de réformes des retraites presque constantes, il est primordial pour un épargnant de se pencher sur ce support qui allie à la fois préparation de futurs revenus complémentaires pour vos vieux jours, avantage fiscal immédiat et gestion financière active.

En effet, le PER vous permet de mettre en place une épargne programmée qui vous « force » en quelque sorte à capitaliser pour votre retraite. C’est une enveloppe spécifique avec une mécanique spécifique qui ne vous permet pas de piocher dans votre futur bas de laine. Important pour les plus cigales d’entre nous donc ! En revanche, calibrez bien vos versements afin d’éviter de bloquer trop de liquidités.

Le PER offre également une déduction de vos versements annuels sur vos revenus imposables vous permettant de bénéficier d’une réduction d’impôt plus ou moins importante selon votre tranche marginale d’imposition. Et ce, que vous versiez de façon régulière ou ponctuellement. Le tout est de rester dans les plafonds autorisés que je vous invite à retrouver sur Netinvestissement.fr.

Mais ce que nous mettons le plus en avant concernant le PER désormais c’est son efficacité en termes de gestion financière et votre possibilité de faire vivre votre capital comme s’il était investi sur un contrat d’assurance-vie multi supports.

Vous bénéficiez de fonds euro à capital garanti, de centaines d’unités de compte pour profiter des opportunités de marché, de solutions immobilières voire de gestion profilée ou sous mandat.

PETITE ASTUCE : si vous n’avez pas ouvert de PER ou fait de versements depuis longtemps vous pouvez cumuler les plafonds autorisés des trois dernières années. Et ce, hors du plafond des niches fiscales.

7. Le Private Equity

Bienvenue dans l’investissement dans l’économie réelle.

Private signifie « privé » et Equity signifie « actions » ou « capital ». En d’autres termes, le Private Equity c’est l’investissement privé dans des projets non cotés.

Lorsque vous investissez au capital d’une startup ou d’un projet innovant et que ce projet n’est pas coté en bourse, on parle alors de Private Equity.

Bien évidemment l’investissement en Private Equity n’est pas garanti en capital. Cela semble évident, mais mieux vaut le rappeler.

Il existe trois grandes typologies d’investissement en Private Equity :

  • Le Private Equity « classique » qui investit au capital de PME non cotées : c’est la version la plus classique de l’investissement en Private Equity mais également la plus aléatoire. Vous pouvez investir soit directement au capital d’une startup que vous connaissez ou que l’on vous a présenté, soit investir au travers d’un fond de Private Equity qui à son tour investira dans un panel de plusieurs sociétés. Impossible donc de connaitre à l’avance le rendement potentiel du produit ni le niveau de risque puisque, par essence, il s’agit d’investissement au capital de PME non cotées. Cette première solution est donc la plus risquée et la plus aléatoire.

  • Le Private Equity « immobilier ». Même principe que pour les fonds de Private Equity qui investissent au capital de PME sauf qu’ici vous investissez dans de l’immobilier non coté tertiaire. Avantages : le sous-jacent est tangible et bien moins volatile et surtout vous connaissez dès le départ l’objectif de rendement visé à terme. Généralement compris entre 6% et 8% par an (sans aucune garantie en capital cela va de soi).

  • Le Private Equity « solidaire ». Ici, ce n’est plus la quête du rendement qui prédomine mais le sens que l’on veut donner à ses placements. Vous soutiendrez alors un projet solidaire qu’il s’agisse d’écologie ou d’environnement, d’agriculture solidaire ou d’aides aux enfants en difficulté. De nombreux projets solidaires voient le jour et ont besoin de fonds pour se lancer et se développer. Or, vous pouvez les aider au travers de l’investissement en Private Equity.

8. Bourse – Trading - Actions

2023 sera-t-elle l’année du retour en force des investissements en bourse ?

Entre l’inflation, les tensions géopolitiques, les soubresauts de la COVID en Asie, la hausse des taux et la fin de « l’injection ultra massive de liquidités dans l’économie » appelée aussi « quantitative easing », l’année 2022 aura vu les principales places boursières mondiales corriger de 20% à 30%.

En effet, qu’il s’agisse des marchés américains NASDAQ, S&P, ou Dow Jones ou européens, les bourses du monde entier ont largement corrigé leurs niveaux en 2022.

Le niveau actuel des places boursières offre en effet de très bons « points d’entrée » pour entrer ou re-rentrer en Bourse. Le cours de nombreuses actions a suffisamment baissé pour redevenir intéressant voire attractif.

Quelques exemples :

  • NETFLIX : en 2022, le cours de l’action est passé de 700 $ à 220 $.
  • AMAZON : idem, le cours est passé de 170 $ en janvier 2022 à 115 $ à la fin de la même année.
  • META (anciennement Facebook) : de 350 $ à 133 $ sur la même période.

J’ai pris volontairement ici ces trois sociétés car vous les connaissez et elles sont toutes les trois très « symboliques ». Il y en a des centaines d’autres qui, elles aussi, ont vu leur cours corriger et offrent désormais des points d’entrée fort intéressants.

Si vous n’êtes donc pas encore rentré(e) sur le marché des actions, 2023 peut être le bon moment.

Mais attention, la bourse, le trading et les actions est un véritable métier. Cela ne s’improvise pas, au risque de tout perdre très rapidement. Je ne saurai trop vous conseiller de vous faire conseiller et accompagner. Par l’un de nos chefs de projet par exemple. Pas de panique, ça ne vous coutera pas plus cher !

L’investissement en bourse et dans les actions en 2023 a donc du sens et le momentum de marché est plutôt favorable. Privilégiez plutôt les fonds, les paniers d’actions, ce que l’on appelle les OPCVM.

Ainsi non seulement vous ne serez pas exposé(e) pleinement et directement à une seule action mais plutôt à un panier d’actions sectorielles ou géographiques mais en plus vous laisserez un professionnel dont c’est le métier (le gérant du fonds en question) gérer pour vous les positions. C’est lui qui, toute la journée, achètera, vendra, arbitrera le fonds afin que tout le monde génère de la valeur (vous et lui).

C’est ce que l’on appelle communément la gestion active et c’est clairement le type de gestion que je vous recommande, a fortiori car il va y avoir de nombreuses belles opportunités à aller chercher sur les marchés boursiers et actions en 2023.

9. Les cryptomonnaies

On ne peut raisonnablement plus aujourd’hui ne pas parler du sujet : les cryptomonnaies sont sur toutes les lèvres et dans la quasi-totalité des discussions et échanges que nous avons avec nos clients.

En 2023, si l’on cherche à savoir dans quoi investir et quels placements privilégier, on ne peut donc pas ne pas parler de cryptomonnaies à fortiori compte tenu de l’état actuel des marchés classiques, du niveau d’endettement des Etats et de la fragilité de certaines monnaies fiduciaires traditionnelles.

Il nous semble tout à fait cohérent d’envisager d’intégrer, si vous ne l’avez pas déjà fait, a minima une toute petite poche de cryptomonnaies dans vos placements. 5% maximum, mais c’est un premier pas pertinent en 2023.

ATTENTION : début 2023, il existe plus de 22000 cryptomonnaies sur le marché et leur nombre ne cesse de croitre. L’immense majorité d’entre elles ne repose sur rien (j’entends par là ne repose pas sur un modèle économique effectif). Je vous recommande donc vivement, si vous décidiez d’allouer une toute petite partie de vos liquidités en cryptomonnaies (5% maximum) de ne vous concentrer que sur les dix ou vingt premières du classement en termes de capitalisation. Evitez les autres. Les risques pris sur cette classe d’actifs sont suffisamment importants pour prendre inutilement des risques supplémentaires.

Par ailleurs, les cryptomonnaies, tout comme pour n’importe quelle autre classe d’actifs sont des investissements risqués et à réaliser sur le long terme.

Appliquez et respectez toujours ces règles fondamentales de l’investissement :

  • Ne spéculez pas,
  • Restez sur les principales cryptomonnaies,
  • Gardez vos positions plusieurs années !
  • Autre paramètre important en matière de cryptomonnaies : n’investissez que ce que vous êtes prêt(e) à perdre.
.

Netinvestissement met à votre disposition des guides et vidéos qui traitent du sujet des cryptomonnaies. Vous les trouverez directement sur le site ou sur notre chaîne Youtube.

LE DERNIER CONSEIL POUR 2023

Pour finir sur un sourire, n’oubliez pas de vous pencher également sur l’investissement plaisir. J’entends par là l’ensemble des secteurs qui vous permettent d’allier recherche d’un bon ratio rendement-risque et sens que vous donnez à vos liquidités.

L’investissement socialement responsable (ISR) est évidement l’exemple le plus courant actuellement, que vous souhaitiez privilégier la transition climatique, la parité, la mutation vers les énergies nouvelles ou simplement de bonnes pratiques financières.

Je pense également à l’art, aux montres dites de luxe, aux voitures de collection ou bien aux Grands Crus qui sont des secteurs d’investissement très concrets mais qui restent un plaisir avant tout !

Conclusion

« C’est quand la mer est calme et qu’il n’y a pas de vent, que le bateau n’avance plus !»

Paradoxalement, c’est justement lorsqu’il ne se passe rien que les conseillers en gestion de patrimoine ont le plus de mal à générer de la valeur et du rendement.

Or, cette année 2023, tout comme 2022, promet d’être active. Tant mieux. S’il y a du mouvement, alors il y a des opportunités. Nous avons réussi à générer du rendement pour nos clients en 2022 et avons prévu la même chose en 2023.

Nous venons de le voir au travers de ce guide, vous disposez désormais d’un vaste panel de solutions pour investir intelligemment votre argent en 2023.

N’oubliez pas que nous sommes arrivés au bout de nombreux « anciens » cycles et qu’ils laissent désormais place à des nouveaux. C’est dans ceux-là même qu’il faut investir, c’est à ceux-là même qu’il faut s’intéresser. Vos stratégies et convictions d’avant doivent être actualisées en tenant compte de ces nouveaux changements.

Gardez toujours en tête que l’économie n’est ni plus ni moins que de l’énergie transformée. Or, pour créer de l’énergie, il faut être en mouvement. C’est ce que nous vous proposons chez Netinvestissement : de mettre votre argent et vos placements en mouvement en 2023.

Il ne me reste donc plus qu’à vous souhaiter une très belle journée et de vous dire à très bientôt chez Netinvestissement et n'hésitez pas à nous contacter.

Ne ratez rien de nos conseils !
Vous avez aimé ce guide ?
Laissez une note !

6,9/10 pour 271 lecteurs

A propos de l'auteur Stéphane van Huffel, Conseiller en gestion de patrimoine | 1873 articles en ligne

Avis des clients de Stéphane :

  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France.

Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast & Van en 2005 puis fonde netinvestissement avec son associé Karl Toussaint du Wast. Il est également co-fondateur du tour de France de l’immobilier et du baromètre des placements. Stéphane intervient régulièrement en tant qu’expert auprès de nombreux média français.

Lire la suite
Dernier commentaire client

"Informations très claires. Navigation aisée."

Avis client :
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
Le 2022-06-10 17:35:59 par Janine B.
Voir son profil Contactez Stéphane
Comment ça marche ?
C'est simple comme 1,2,3

1-Vous choisissez

La solution la plus adaptée à vos objectifs et à votre situation parmi notre sélection de placements.

2-Prise de contact

Fixez un rendez-vous gratuit avec un chef de projet patrimonial et recevez une réponse en 24h.

3-Vous souscrivez

Finalisez votre projet facilement à l'aide de votre chef de projets patrimoniaux Netinvestissement.

Ils nous ont fait confiance
Des centaines de netinvestisseurs heureux !
/10

sur 514 avis clients

+ -
simulation gratuite Netinvestissement

Votre simulation

gratuite & personnalisée

Je souhaite recevoir des informations de la part de Netinvestissement sur les moyens d’optimiser mes investissements*

Réponse en 24h !