banniere article

L'investissement pour débutant : Comment comparer et sélectionner mes placements ?

Vos objectifs Guides Placer son argent
En résumé ...
Investir c’est choisir. Pour cela, il vous faut donc prioriser vos critères et vos objectifs en amont de la sélection des produits. Mais attention, les interlocuteurs nécessaires à la bonne marche du projet devront eux aussi être triés sur le volet. Coup de projecteur sur les notions essentielles à connaitre avant de passer à l’action.

L’article « L'investissement pour débutant : Comment comparer et sélectionner mes placements ? » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des informations communiquées.

  • Avis de nos lecteurs :
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • 6,7/10 pour 3 avis
Ecrit par : Pierre-Laurent Sartres

Conseiller en gestion de patrimoine

937 vues

par nos lecteurs

6 min

de temps de lecture

Votre simulation

gratuite et personnalisée

Je souhaite recevoir des informations de la part de Netinvestissement sur les moyens d’optimiser mes investissements*

Vous voilà arrivé(e) au guide N°4 de notre saga sur l’investissement dédié à celles et ceux qui souhaitent appréhender les premiers rouages de l’investissement.

Dans les guides précédents, vous avez pu découvrir les différentes étapes et les méthodes pour bien débuter dans l’investissement, comment fixer vos objectifs, puis comment choisir vos placements en fonction de ces objectifs. Aujourd’hui, nous allons voir ensemble comment comparer et sélectionner les placements proposés sur le marché avec leurs avantages, inconvénients, risques… Ce guide se veut plus concret et pragmatique.

Si vous désirez plus d’informations, vous pouvez contacter un conseiller Netinvestissement en cliquant ici.

Image cas client
En-tête cas client

Mathilde F., a reçu une donation et cherchait à investir une partie de cet argent.

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum.

Le conseil de l'expert

Autre critère fondamental à prendre en compte lorsque vous souhaitez évaluer ou déterminer un bon rendement locatif, c’est le potentiel de revalorisation du prix du bien dans le temps. En d’autres termes, est-ce que je suis déjà au plafond du marché ou celui-ci en a-t-il encore « sous le pied » ?

Vous avez des questions ?

Un de nos conseillers vous recontactera dans les 24h pour répondre à vos demandes.

mon alt

1. Les critères pour comparer

Tous les produits financiers ou immobiliers peuvent s’analyser selon trois grands critères interdépendants. Ils vous permettent de faire un premier tri. A défaut de trouver tout de suite le placement qu’il vous faut, vous éliminerez ceux qui ne vous conviennent pas du tout… et c’est déjà beaucoup !

La rentabilité 

Ah, la rentabilité ! Nous commençons ce guide par ce qui dirige bien souvent votre intérêt : le rendement.

Finalement, c’est quoi ?

Un rendement est exprimé en pourcentage du montant investi. Il s’exprime en annuel le plus généralement. C’est le gain que vous pouvez tirer d’un placement qu’il soit financier ou immobilier.

Donc, rentrons tout de suite dans le vif du sujet : les rendements attractifs ou alléchants existent. Il est possible de travailler des produits avec des rendements à deux chiffres voire supérieurs à 20% par an. Cependant, il y aura des risques associés à minima.

Le pire scénario est que cet argument seul est trop souvent avancé pour générer des souscriptions sur des produits potentiellement frauduleux.

Donc même si cela vous bouscule un peu : le rendement ne fait pas tout !

Et il ne doit pas être le seul argument de vente d’un soi-disant « professionnel ». Et si le rendement est atteignable légalement, alors vous devez être informé(e) des risques associés inhérents. Ces risques sont notamment présentés et détaillés dans un document légal qui doit vous être obligatoirement remis préalablement à toute décision de votre part.

Il s’agit de ce que l’on appelle le DICI : document d’information clé pour l’investisseur. Ce document propre à chaque produit d’investissement doit vous être remis dès les premiers échanges avec votre conseiller.

Le travail d’un chef de projet patrimonial chez Netinvestissement est certes d’obtenir un meilleur rendement à même risque mais surtout de respecter votre propre profil de risque et ainsi donc de sélectionner des produits ou placements en cohérence avec votre profil d’investisseur.

D’autre part, il est important d’avoir un interlocuteur qui « démocratise le rendement ». Je m’explique : les bons rendements ne doivent pas nécessairement être soumis à la condition d’un montant exorbitant.

A SAVOIR : Le temps est votre allié le plus précieux (et pas qu’en investissement). Un des adages est que le temps écrase le risque. En résumé, plus vous avez le temps devant vous, plus le risque associé au placement est « digéré ». Donc plutôt que de vouloir faire un « coup » financier sur du court terme, privilégiez le temps long et les investissements sur une longue période. Cela permet de réduire votre exposition directe au risque tout en bénéficiant de l’effet de levier des intérêts composés dans le temps.

La sécurité 

Maintenant, et comme évoqué ci-dessus, un rendement n’a de sens que s’il est mis en corrélation avec le risque encouru ou plutôt les risques encourus.

Quels sont-ils ? en voici quelques-uns sans exhaustivité :

Risque de perte en capital :

Bien souvent, le risque en investissement est réduit à la simple perte en capital : je mets 100€ et je peux récupérer que 90€ par exemple. C’est en effet celui qui est mis en avant dans l’éducation financière de base, et à juste titre.

Pourquoi ? Car de manière très simple, plus vous prenez des risques, plus vous pouvez percevoir un rendement élevé. C’est ce que l’on appelle la prime de risque.

Cela étant dit, partez du principe que tout investissement comporte un risque. Lorsque vous achetez votre résidence principale, la valeur de celle-ci n’est pas garantie et vous expose donc, en théorie, à un risque de perte de valeur dans le temps, en fonction de l’évolution du marché immobilier en local.

Il en sera de même pour tout placement ou tout investissement. Mais attention : « risque ne veut pas pour autant dire accident ». Lorsque vous prenez votre voiture, fondamentalement, vous vous exposez à un risque d’accident. Heureusement, 98% d’entre nous, allons rouler pendant 50 ans sans jamais avoir d’accident grave.

Exemple :

Attention, le calcul de la perte ou du gain est parfois trop simplifié. Si vous achetez un bien immobilier 100 000€ (Frais d’agence et de notaire inclus) pour le louer 250€/mois (nets de charges et de fiscalité pour simplifier), combien vous devriez le revendre au bout de 10 ans pour être à l’équilibre ? … 70 000€. Certains pourraient penser qu’ils perdent de l’argent. Certes, le bien s’est déprécié. Pourtant, les loyers compensent la perte et vous sortez à 0% mais vous n’avez rien perdu. Cet exemple simpliste ne tient évidemment pas compte de la fiscalité sur les loyers perçus ni des charges et provisions à prévoir dans le cas d’un investissement immobilier, mais l’objectif ici était de vous faire prendre conscience de la notion de perte en capital et de compensation de la perte par la génération d’un rendement.

A NOTER : votre livret A que vous croyez à « capital garanti » est effectivement affiché comme vous garantissant votre capital dans le sens ou si vous avez mis 5000 € dessus, vous aurez toujours 5000€ à la fin de l’année. MAIS, avec un rendement actuel de 3% (du 1er février 2023 au 31 Juillet 2023) délivré sur votre livret A et une inflation à 7% actuellement, si votre capital, en facial, n’a certes pas bougé, la dépréciation de la valeur de votre argent elle en revanche vous aura fait perdre 4% de pouvoir d’achat. Capital garanti sur le papier peut-être mais en réalité pas dans votre poche… CQFD

Risque de liquidité

Autre risque souvent omis ou occulté, le risque de liquidité. C’est pourtant un critère important à prendre en compte lorsque vous choisirez vos placements.

C’est le fait que vous ne puissiez pas revendre votre placement à tout moment ou dans le délai voulu. Nous y sommes confrontés lorsque nous revendons un bien immobilier le plus souvent. En fonction de l’offre et de la demande, vous pouvez parfois mettre du temps avant de trouver un acquéreur, de passer chez le notaire et de pouvoir effectivement disposer de vos liquidités.

Lorsque vous choisirez un placement, prenez bien connaissance des éventuelles durées de blocage ou durées minimum d’engagement du placement. Sachez que généralement, plus vous vous engagerez sur une longue période, meilleur sera le rendement.

Risque de contrepartie

C’est lorsqu’une des deux parties dans une transaction n’honore pas ses engagements. Dans le guide qui nous occupe ici même, c’est le plus souvent l’acheteur qui pour une raison volontaire ou non, ne pourra pas payer votre bien ou vous racheter vos avoirs.

Dans le champ des obligations, ce risque est également appelé « risque de défaut ».

Risque de l’émetteur

C’est le fait que la société qui a distribué et qui gère le produit d’investissement disparaisse ou ne puisse plus vous rembourser. Nous le verrons ensemble plus tard, il faut apporter un soin particulier aux entreprises avec lesquelles vous choisirez de travailler. En l’occurrence, c’est aussi et surtout notre travail chez Netinvestissement que d’évaluer sans cesse les sociétés choisies pour vous et de trier le bon grain de l’ivraie.

L’échelle du risque

L’AMF (Autorité des Marchés Financiers) a créé une graduation du risque pour que l’investisseur soit le mieux informé. Certes, cela ne fait pas tout, mais dans vos débuts, cela va vous permettre de ne pas choisir un placement totalement décorrélé de votre profil.

En synthèse, cette échelle de risque s’apparente à celle de la douleur chez votre médecin. Lorsque celui-ci vous pose la question, vous déterminez à 1 le fait de ne pas avoir mal et à 10 une douleur insoutenable.

En investissement, cela varie de 1 à 7.

1/7 est le placement sans risque comme vos livrets ou un fonds en euro dans vos assurance vie. Les actifs notés 7/7 sont principalement les actions ou des produits aux montages complexes comme certains fonds en private equity (capital investissement) où l’on soutient des PME (Petites et Moyennes Entreprises) dans leur développement.

Ce que vous devez en retenir, c’est qu’il y a donc une graduation du risque et que ce n’est pas garanti ou très risqué. Il ne faut pas être réducteur et voir qu’au final, il y a toujours une sensibilité à la sécurité de son placement et un placement sensiblement proche de votre rapport aux risques !

En lien avec la différenciation faite de plusieurs risques, l’AMF les incorpore dans son analyse.

Vous retrouverez cette échelle de risque dans chaque DICI.

La disponibilité 

Dans le triptyque d’un placement adapté, ce paramètre est parfois minimisé voire omis. Car un placement qu’il soit financier ou immobilier a parfois voire souvent une durée de vie légale ou tout du moins recommandée.

Sur un plan légal, certains fonds ont une durée minimum d’engagement incompressible sans aucune possibilité de sortir. C’est par exemple le cas des produits défiscalisant tels que les FIP (Fonds d’Investissements de Proximité) ou les FCPI (Fonds Collectif de Placement dans l’Innovation).

Ces outils doivent respecter 5 ans d’investissement minimum en rapport avec la réduction d’impôts accordée. Donc, il faut être clair : les sommes déposées ne pourront être récupérées que dans 5 ans minimum et plus souvent 6 ou 7 ans sur la plupart de ces produits.

Un produit plus connu du grand public en est le parfait exemple : le Plan Epargne retraite (PER).

Nous parlons ici de placement « tunnel » jusqu’à la retraite. Cela veut bien dire ce que cela veut dire. Vous sortirez de cette enveloppe en capital ou rente qu’au moment de votre retraite.

Certes il y a des cas de déblocage anticipé tels que l’achat de la résidence principale, l’invalidité ou le surendettement.

Vous l’aurez compris, le critère de la disponibilité de vos sommes est primordial au même titre que le rendement ou la sécurité.

Veillez donc à bien identifier vos objectifs et votre horizon de placement. C’est-à-dire : « Pourquoi je place un capital ? et surtout à quel moment j’en aurai besoin ? ».

Placer son argent
Vous recherchez un placement sécurisé et performant ? Découvrez les solutions ... Découvrez cette offre

2. Les critères pour sélectionner 

En tant qu’investisseur, vous pouvez choisir tout seul le produit que vous pensez être bon pour vous. Assurance vie, PEA, contrat de capitalisation, SCPI, LMNP, FIP, FCPI, etc… mais ça ne sera pas évident de vous y retrouver !

C’est pour cela que notre métier existe : vous aider à trouver les outils les plus adaptés car comme nous le répétons chaque jour : le produit miracle n’existe pas !

A SAVOIR : contrairement à certaines idées reçues, un bon conseiller financier ne vous coutera pas d’argent, il vous en rapportera. Bien évidemment, il sera rémunéré pour son travail de conseil, de suivi, de recommandation, d’actualisation, de vérification de la conformité, de l’aide à la déclaration etc… mais son rôle est notamment d’arriver, par son expertise, à générer des rendements supérieurs au marché tout en maitrisant au mieux les risques et en respectant scrupuleusement la cohérence des produits sélectionnés avec votre profil d’investisseur.

Cela étant dit, voici quelques critères à connaitre pour bien choisir :

La qualité du conseiller 

Contexte légal :

Tout conseiller en gestion de patrimoine (CGP) doit être immatriculé au registre de l’ORIAS. Cette première vérification peut se faire sur orias.fr. Il a d’ailleurs l’obligation de vous fournir son numéro à chaque communication écrite et ce, dès le premier rendez-vous.

D’ailleurs, comment se passe la relation sur un plan réglementaire ?

Voici les documents que vous devez obligatoirement valider avec votre conseiller pour être en sécurité et dans le respect de la loi en vigueur :

  • Document d’entrée en relation (DER) : la carte d’identité de l’entreprise
  • Le recueil d’informations : votre situation patrimoniale complète et l’identification de vos objectifs (quantifiés, avec un horizon et un rapport au risque clairement exprimé)
  • La lettre de mission : confirme les missions confiées et le tarif s’il y a des honoraires facturés (en sachant que chez Netinvestissement, c’est 0€ TTC !).
  • Le rapport de mission : c’est l’adéquation entre les produits et vos besoins où toutes les composantes de la solution sont écrites : frais, risques, etc…

Grace à ce process règlementaire, votre investissement sera réalisé dans les règles de l’art !

Les CGP sont-ils tous pareil ?

Non, bien évidemment ! Sur un plan légal, il faut savoir que notre devoir de conseil s’applique sur énormément de produits différents. Mais pour cela il faut être Conseiller en Investissement Financier (CIF). Sans cela, votre conseiller n’a pas le droit de conseiller certains produits. Donc si vous souhaitez avoir l’offre la plus large, veillez à ce que cette habilitation soit présente sur le DER.

Les frais d’honoraires, frais de suivi :

Comme nous le disions, tous les conseillers ne sont pas identiques et ne fonctionnent pas de la même façon. En l’occurrence, certains pratiquent des frais et d’autres non.

Il n’est pas rare que le conseiller fasse le choix de percevoir des frais d’honoraires établis généralement selon un tarif horaire. S’y ajoutent parfois d’autres frais de suivi, de gestion de contrats ou de remplissage de documents.

Là encore, à vous de voir quel fonctionnement vous convient. Il faut que le service soit à la hauteur du prix demandé tout simplement !

Intuitu personae, confiance :

C’est certainement le critère le plus important. Ce qui fait que nous communiquons et échangeons entre nous, entre êtres humains. La confiance est quelque chose qui se gagne. On a tendance à choisir un conseiller qui nous ressemble, avec qui l’on se sent bien et en confiance. Cette perception est, en réalité, subjective. Ce choix vous est donc propre.

Tout cela pour dire que le métier que nous exerçons s’inscrit sur le long terme. Il est primordial d’avoir un CGP dans votre carnet d’adresses de conseillers avec le comptable, le notaire, le médecin, l’avocat etc…

La qualité de la société de gestion

Stabilité financière :

Lorsque nous présentons un produit, le client est informé notamment sur la société de gestion ou l’opérateur choisi et ce point est absolument essentiel !

Investir dans un bien immobilier en Pinel dépendra grandement du promoteur ! Ce n’est pas le prix qui doit être le critère. Combien de clients avons-nous rencontré qui avaient choisi, avant de nous rencontrer, du « pas cher, pas cher » et qui se sont retrouvés avec une multitude de malfaçons et un promoteur qui avait pris la poudre d’escampette…

Les choix stratégiques de chaque gestionnaire de fonds sont différents. L’expertise sectorielle, la qualité du gérant et de son équipe, les performances passées, l’ancienneté de la société sont autant de critères que nous vérifions pour nos clients en amont de toute sélection.

Expérience, ancienneté :

Bien sûr, ceci n’est qu’un exemple mais gardez à l’esprit que le choix se fait sur des relations construites sur de très nombreuses années et bon nombre d’opérations menées à bien pour le compte de nos clients.

Plutôt que de choisir une enseigne ou une marque, il est important de considérer les personnes et leur expertise. Lorsque nous avons des interlocuteurs compétents, expérimentés et qui nous ont démontré leur réactivité et leur professionnalisme dans le passé, nous apprécions travailler ensemble sur le long terme… comme vous je pense !

Expertise dans le domaine visé :

Ici, nous pouvons prendre le domaine des SCPI par exemple. Ces produits de placements existent depuis 1966. Quand bien même le grand public ne les pratique que depuis quelques années, les sociétés sont nombreuses et certaines ont pignon sur rue avec une expérience incontestable.

De plus, nous parlons de pure player ou en français d’acteur unique. C’est un société qui ne fait que de la SCPI et rien d’autre. Cela peut être également lié à un secteur d’activité extrêmement spécifique comme les entrepôts si l’on parle encore d’immobilier tertiaire.

La qualité intrinsèque du produit :

Enfin, c’est bien sur le produit sélectionné qui se doit de répondre à votre cahier des charges.

A ce niveau, vous devez faire un petit retour rapide sur notre premier paragraphe et le triptyque : rendement/sécurité/ disponibilité.

En toute logique, le produit doit être la matérialisation des critères définis. Le conseiller est là pour vous expliquer ce qu’il revêt de plus pertinent dans votre situation sans vous masquer les potentiels inconvénients. Sur ce dernier point, nous avons l’habitude chez Netinvestissement de demander à nos clients ce qu’ils ne veulent pas. Cela peut être une ville pour un projet immobilier, une compagnie d’assurance indélicate dans le passé, un secteur d’investissement qui ne soit pas en adéquation avec vos convictions etc…

En résumé...

Le rendement ne va pas sans le risque et vice et versa. Outre ce que nous avons abordé sur la notion de sécurité, j’ai l’habitude de toujours donner ce conseil aux personnes que je rencontre : il faut apprendre à marcher avant de courir.

Pour cela, faites vous accompagner par un professionnel. C’est quelqu’un (personne physique ou morale) dont les mentions légales sont clairement avancées sur son site internet ou dans sa communication. C’est ensuite un conseil averti : avantages et contraintes en lien avec votre propre situation et non pas celle de « monsieur tout le monde ». Puis, il doit y avoir une relation explicite et documentée en termes de frais, d’accompagnement, de moyens mis en œuvre, de réseau, etc…

Au final, ce quatrième guide de la saga a pour but de vous expliquer le cadre dans lequel les investissements se réalisent. Ainsi, lorsque vous vous déciderez à passer à l’action (en contactant Netinvestissement bien sûr !), vous saurez vers qui vous tourner pour atteindre vos objectifs de la manière la plus sereine possible.

Vous verrez cela dans le prochain guide intitulé : « Comment se lancer et investir ? ».

Alors, je vous dis à très vite sur Netinvestissement.fr

Ne ratez rien de nos conseils !
Vous avez aimé ce guide ?
Laissez une note !

6,7/10 pour 3 lecteurs

A propos de l'auteur Pierre-Laurent Sartres, Conseiller en gestion de patrimoine | 57 articles en ligne

Avis des clients de Pierre-Laurent :

  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris

Après l’obtention d’une Licence et d’un diplôme d’Etat, Pierre-Laurent a obtenu l’ensemble des accréditations pour exercer le métier de conseiller en gestion de patrimoine en 2015 : MIOBSP, MIA et CIF. Il intègre alors un réseau national indépendant de conseil en investissement la même année.

D’origine aveyronnaise, Pierre-Laurent a vu dans ce métier une formidable opportunité professionnelle aux vues des enjeux de demain.

Pendant 4 ans, il a fait de la culture financière son cheval de bataille en proposant des conférences, des réunions ou animer des débats à travers son activité de conseil. Souhaitant évoluer dans une structure plus importante il décide de rejoindre netinvestissement mi-2019 fort de sa volonté farouche de proposer une offre produit globale, qualitative et disruptive.

Lire la suite
Dernier commentaire client

"Très satisfait de ma mise en relation avec Mr Sartres. Un conseiller professionnel, à l'écoute et ayant des solutions adaptées à notre profil"

Avis client :
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
Le 2022-06-16 19:12:03 par Benjamin D.
Voir son profil Contactez Pierre-Laurent
Comment ça marche ?
C'est simple comme 1,2,3
1-Vous vous informez Découvrez les différentes solutions de placements proposées en fonction de vos besoins
2-Prise de contact Fixez un rendez-vous gratuit avec un chef de projet patrimonial et recevez une réponse en 24h.
3-Vous souscrivez Finalisez votre projet facilement à l'aide de votre chef de projets patrimoniaux Netinvestissement.
Ils nous ont fait confiance Des centaines de netinvestisseurs heureux !
simulation gratuite Netinvestissement
Votre simulation

gratuite & personnalisée

Je souhaite recevoir des informations de la part de Netinvestissement sur les moyens d’optimiser mes investissements*

Réponse en 24h !