Assurance vie : une collecte au plus haut

Visa expert
paul busy
Par Paul Buzy
Le 29/04/2019

L’article « Assurance vie : une collecte au plus haut » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Un record. Depuis plus de 6 ans, la collecte n’avait pas atteint ce niveau ! Plus de 3.2 milliards d’euros nets ont été collectés sur le mois de février 2019, a annoncé la Fédération Française de l’Assurance (FFA). La dernière fois que l’on a observé une telle collecte, c’était en janvier 2013. D’après l'analyse du Cercle de l'Epargne, « l’assurance vie devrait poursuivre sa progression dans les prochains mois compte tenu de l’évolution de la conjoncture et des gains potentiels de pouvoir d’achat des ménages ». L’année 2019 commence sur une note positive, avec une collecte nette qui s’élève à 5.4 milliards d’euros sur les mois de janvier et de février, contre seulement 4.3 milliards d’euros un an plus tôt. Qu’est ce qui peut expliquer ce phénomène ?

Les français plus prudents suite aux évènements Gilets Jaunes

Déjà auparavant, l’assurance vie représentait le placement préféré des français. Bernard SPITZ, président de la FFA a confirmé cette tendance lors de la conférence annuelle du 26 mars : "On ne dira jamais assez l'attachement viscéral des Français au modèle d'une épargne simple, sure et souple". Bien que le mois de février soit historiquement un mois florissant pour la collecte, l’incertitude et la crise sociale menée par les gilets jaunes ont conduit les français à être plus prudents. Néanmoins, l’assurance vie n’est pas le seul support à bénéficier de cette précaution. A ce sujet, la Caisse des Dépôts a enregistré une collecte nette de 1.93 milliards d’euros en février 2019, soit le niveau le plus haut connu depuis l’année 2012.

Concernant la typologie d’investissement en assurance vie, ce sont les supports en unités de comptes qui bénéficient de cette tendance prudente des citoyens. Mais ce choix est également dû à un autre phénomène : la hausse des marchés financiers favorise l’investissement en UC. Bien que l’encours global des contrats d’assurance vie progresse plus de 2% sur un an, c’est bien le versement sur les supports unités de compte qui croît : les UC représentent 3.1 milliards d’euros pour le mois de février, soit 25% de la collecte brute (12.4 milliards d’euros).

La transférabilité des contrats, ou la bonne nouvelle qui rassure les assureurs

Le projet initial de la loi Pacte prévoyait la transférabilité totale et externe des contrats d’assurance vie de plus de 8 ans, ce qui consistait à pouvoir transférer les fonds d’une compagnie d’assurance à l’autre, sans perte des avantages fiscaux acquis. Néanmoins, l’Assemblée Nationale a fait un pas en arrière par rapport aux dispositions votées au Sénat. En effet, afin de ne pas créer trop d’instabilité et de baisse de long terme sur les placements en actions, un consensus a été trouvé sur une transférabilité « partielle », c’est à dire en interne au sein du même assureur mais sur un autre contrat.

François Villeroy de Galhau, gouverneur de la banque de France félicite cette décision car n’est pas favorable à la transférabilité totale des contrats. Il a d’ailleurs fait une déclaration en ce sens au début du mois de mars sur BFMBusiness : "Si on dit que la portabilité est totale, cela veut dire que les fonds peuvent être retirés par les assurés à tout moment et ceci veut dire que les assureurs devront raccourcir beaucoup l'horizon de leurs placements et [les investir] davantage en produits liquides qui peuvent être cédés à tout moment".

Conclusion

L’année 2019 se profile plutôt bien sur les marchés financiers. Les analystes sont confiants, d’autant que la hausse des taux prévue a été repoussée, ce qui conduit les épargnants à utiliser le levier du crédit et ainsi faire fructifier leurs économies. Il ne reste plus qu’à attendre la version définitive de la loi Pacte, pour y voir plus clair sur la transférabilité des contrats d’assurance.

À propos de l'auteur

Paul Buzy , Chef de projet patrimonial

Diplômé d’un Master en Gestion de Patrimoine et Immobilier à l’INSEEC, Paul BUZY rejoint l’équipe de Netinvestissement en 2018, après y avoir effectué son stage de fin d’études. Les différents postes qu’il a occupés précédemment dans des établissements bancaires le pousse finalement à opter pour l’indépendance et il fait le choix d’exercer le métier de chef de projet patrimonial au sein du cabinet le plus disruptif de la place.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides