Épargne retraite : sortir en rente ou en capital ?

Ecrit par : Stéphane van Huffel

Directeur général, conseiller en gestion de patrimoine

Vu 2851

fois

1 min

de temps de lecture

Permettant de récupérer la totalité des versements et des intérêts acquis en une seule ou plusieurs fois, la sortie en capital est considérablement plus plébiscitée que la sortie en rente bien que celle-ci vous permette des revenus réguliers au moment de la retraite. Si cette dernière permet à son détenteur d’obtenir une somme d’argent versée régulièrement, son caractère irréversible lui fait défaut. Confirmant cette tendance, Natixis et Amundi ont étudié et approfondi cette théorie auprès de leurs salariés.

Flexibilité et liberté

Majoritairement favorable à la constitution d’une épargne supplémentaire, plus de 75% des épargnants choisissent un produit de retraite proposant une sortie en capital. Ce moyen de sortie est donc la principale solution utilisée. Une fois à la retraite, la moitié d’entre eux décident de continuer à faire fructifier leur épargne toujours disponible à tout moment. L’autre moitié quant à elle préfère transmettre son livrets d'épargne bancaires, mais leurs rendements ne sont guère meilleurs.

Après imposition avec vos autres revenus et application des prélèvements sociaux, votre rente nette peut être très limitée. Dans un tel contexte, la rente peut toutefois s’avérer utile en cas de capital investi à travers un PEA (plan épargne action) puisque ce dernier offre une rente totalement exonérée d’impôts. Souvent inférieure au rendement proposé par la SCPI et malgré une perte du capital, la rente viagère voit son succès décliner au fil du temps. De plus, les investissements totaux réalisés sur le compartiment personnel de votre contrat financier ne vous seront pas forcément entièrement payés si vous venez à décéder plus tôt que la moyenne. 

Pour vous accompagner dans la préparation de vos vieux jours, découvrez tout ce qu'il y faut savoir sur le PER (ou Plan Epargne Retraite).

Le nouveau PER

Depuis la loi pacte, le PER (Plan Épargne Retraite) a été créé. L’objectif de ce contrat est avant tout de préparer sa retraite bien sûr, mais aussi de simplifier tous les dispositifs de retraite actuels (Madelin, Article 83, PERP, Préfon…). En effet, le point commun de ces dispositifs est de pouvoir disposer des fonds au moment du départ à la retraite. Aussi, ces contrats peuvent être transférés vers ce nouveau PER. Cela fait partie d’un des avantages de ce système. Dans le cadre de ce contrat, vous avez aussi la possibilité d’opter pour 2 formes de sortie : l’option sortie en capital et l’option sortie en rente.

Ce choix se fait en fonction de nombreuses conditions (votre taux de fiscalité ou les régimes choisis par exemple) et dépend de votre situation.

Dans le cas d’une sortie en rente, elle se calcule sur la base des droits acquis pendant la durée de votre placement.

L’un des avantages de ce PER est la liberté pour l’assuré dans la sortie de placement. À titre de comparaison le Madelin ou l’article 83 ont uniquement la sortie en rente, le PERP a la sortie en rente et en capital (dans la limite d’une fraction de 20% des fonds que vous disposez). Avec le PER vous effectuez une sortie en rente ou capital sans contraintes.

À noter qu’en cas de décès du titulaire, ce sont le ou les bénéficiaires qui perçoivent les fonds.

En résumé...

Avis aux adeptes de suspens, le match opposant la sortie en capital à celle en rente est sans égal… En effet, les contraintes de la rente et le profil des épargnants favorisent largement la sortie en capital. Dans un contexte où les fonds euros garantis ne cessent de diminuer, les jours à venir soutiendrons cette tendance, la rente n’est plus à la mode.

Je m'inscris

Afin de diversifier vos actifs, découvrez également notre classement des 10 meilleurs placements du marché ainsi que nos 10 meilleurs fonds à Investissement Socialement Responsable (ISR).

Ne ratez rien de nos conseils !

Crayon auteurÀ propos de l'auteur

Stéphane van Huffel, Directeur général, conseiller en gestion de patrimoine

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France.

Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast & Van en 2005 puis fonde netinvestissement avec son associé Karl Toussaint du Wast. Il est également co-fondateur du tour de France de l’immobilier et du baromètre des placements. Stéphane intervient régulièrement en tant qu’expert auprès de nombreux média français.

Lire la suite
Contacter Stéphane
Pour aller plus loin ...
+ -
simulation gratuite Netinvestissement
Votre simulation

gratuite & personnalisée

Je souhaite recevoir des informations de la part de Netinvestissement sur les moyens d’optimiser mes investissements*

Réponse en 24h !