Sécuriser les plus-values de son assurance-vie

Visa expert

L’article « Sécuriser les plus-values de son assurance-vie » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Karl Toussaint du Wast - Vu 6160 fois

Dans le cadre des contrats d’assurance vie multi-supports, la sécurisation des plus-values est généralement un objectif important pour le détenteur du contrat. Un objectif d’autant plus d’actualité en période d’incertitude financière. Pour atteindre cet objectif, il est possible d’avoir recours à un mécanisme de sécurité particulier qui permet d’optimiser sa prise de risque en protégeant de la volatilité les gains acquis. Mais il existe aussi nombreuses autres options envisageables. A vous de déterminer lesquelles s’adaptent le mieux à la gestion de votre contrat d’assurance vie.

Sécuriser les plus-values de son assurance-vie

Sécuriser les plus-values de son assurance-vie

Il ne faut pas confondre la sécurisation avec la dynamisation des plus-values. Cette dernière est un mécanisme qui permet d’investir les intérêts générés en fonds euros sur des supports en unités de compte.

La sécurisation des plus-values a un fonctionnement inverse. Elle consiste à déplacer les gains perçus sur des supports en unités de compte vers des fonds euros. L’objectif est de les "mettre à l’abri".

C’est donc une solution d’arbitrage qui permet de ne pas avoir à surveiller assidûment ses placements tout en optimisant la gestion de son contrat d’assurance vie.

J'en profite


Le mécanisme de sécurisation par pilotage automatique

Pour sécuriser les plus-values de son assurance vie, le souscripteur du contrat détermine le plafond à partir duquel les sommes doivent être versées sur le sous-jacent en fonds euros.

Ce sous-jacent bénéficie d’un taux de rémunération minimum garanti qui permet alors d’obtenir un résultat régulier après avoir profité des meilleures performances des unités de compte.

Généralement, les seuils de sécurisation varient entre 5 et 30%. Ce qui permet donc de moduler la prise de risque.

Cet arbitrage peut se faire automatiquement par une option associable au contrat d’assurance vie. Elle peut être proposée gratuitement ou nécessiter des frais d’arbitrage qui sont souvent calculés en fonction d’un pourcentage défini sur le montant de la transaction à effectuer.

C’est la solution idéale pour tous ceux qui n’ont pas la volonté ou le temps de suivre l’évolution de leur contrat.

Attention, c’est évidemment une solution d’arbitrage uniquement disponible sur un contrat d’assurance vie multi-support puisque par définition un contrat mono-support ne permet d’investir que sur un seul fonds, généralement en euros. Il est donc impossible d’effectuer des versements vers d’autres sous-jacents.

Sécuriser les plus-values ou limiter les moins-values ?

Sécuriser les plus-values ou limiter les moins-values ?

En vu de protéger les performances de ses unités de compte contre une éventuelle baisse des marchés, il est donc possible d’utiliser l’option de gestion sécuritaire qu’est la sécurisation des plus-values. Dans le jargon financier, on parle de stop win. Mais une autre option existe, il s’agit du stop loss qui consiste à limiter les moins-values.

Cette deuxième opportunité consiste à limiter les pertes en cas de baisse des cours. Le mécanisme consiste à vendre des ordres « Stop Loss » à partir d’un seuil de déclenchement. Justement, c’est ce seuil à partir duquel l’ordre de vente est validé qui est difficile à déterminer. Il dépendra notamment de votre désir de prise de risque.

La différence avec la sécurisation des plus-values est qu’en matière de limitation des moins-values, il s’agit d’un désinvestissement d’un ou plusieurs supports en unités de compte vers des fonds euros.

Enfin, sachez que le stop loss peut être absolu, c’est-à-dire calculé par rapport au prix d’acquisition de l’unité de comptes ou relatif. Il est dans ce cas calculé par rapport à la plus haute valeur que le fonds a atteint.

Autres options financières pour son assurance vie

Il existe d’autres options qui peuvent être ajoutées à un contrat d’assurance vie. Parmi les plus fréquemment utilisées, on retrouve le rééquilibrage de portefeuille et l’investissement progressif.

Le rééquilibrage de portefeuille permet de rééquilibrer le portefeuille du contrat selon la répartition voulue par le souscripteur. Cette option a l’avantage de permettre de sécuriser automatiquement son épargne selon sa situation personnelle.

Quant à l’investissement progressif, il s’agit, lors de tout versement, de rendre possible un investissement progressif selon une répartition déterminée vers un ou plusieurs fonds.

Ainsi, plutôt que d’arbitrer en une seule fois une partie de son capital sur des unités de compte, il s’agit de répartir le montant global souhaité en plusieurs arbitrages afin de les placer de manière régulière (hebdomadaire ou mensuelle) et sur une durée établie.

L’avantage de cette option est que l’investissement est lissé sur la durée. Le risque d’investir sur les marchés à un moment inopportun est donc réduit.

Conclusion

Sécuriser les plus-values de votre assurance vie par le biais d’une option est la solution faite pour vous si vous ne souhaitez pas ou n’avez pas le temps de vous investir dans la gestion de votre contrat. Selon vos objectifs, vous pouvez aussi souscrire à d’autres options qui vous semblent mieux adaptées à votre gestion.

Outre le mode de gestion de votre contrat d’assurance vie et les options choisies pour en assurer son optimisation, il est primordial d’avoir fait avant tout le choix du meilleur contrat. L’offre est importante sur le marché alors comparez et sélectionnez les meilleurs contrats vous offrant, si vous le souhaitez, ces possibilités d’options comme c’est par exemple le cas de Shiva Patrimoine et E-novline.

J'en profite

À propos de l'auteur

Karl Toussaint du Wast , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Karl Toussaint du Wast débute sa carrière professionnelle à New York à l'âge de 20 ans où il fonde sa première entreprise dans la tour 1 du World Trade Center : Une société de distribution de matériel informatique. Le 11 septembre 2001, les attentats du WTC le contraignent à rentrer en France où il se recentre sur sa formation initiale et devient consultant en recrutement dans les métiers de la finance, puis chasseur de têtes dans un grand cabinet parisien. Après de nombreuses missions de recrutement pour le compte de banques, de sociétés de gestion ou de promoteurs immobiliers, il s’associe à Stéphane van Huffel et créé Wast and Van puis Netinvestissement.fr Karl Toussaint du Wast est aujourd’hui Président du Groupe Wast&Van.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

  • Succession : comment faire hériter ses enfants et petits enfants ?
  • Assurance vie : pourquoi vaut-il mieux ouvrir plusieurs contrats ?
  • Assurance-vie : nos conseils pour bien investir en 2017
  • Comparatif Assurance-vie – PERP : quel placement choisir pour la retraite ?
  • Comparatif Assurance-vie – SCPI : quel placement choisir ?
  • Les meilleures assurances vie en 2017
Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides