Mis à jour le 30/11/2023

Les 7 conseils pour bien épargner son argent

Avis des lecteurs :

7,8/10 pour 18 lecteurs

3,9/5
pour 18
Nombre de vues : 65 533
Écrit par Stéphane van Huffel, Directeur général, conseiller en gestion de patrimoine
banniere article
Ajouter ce guide à mes favoris

Les Français restent dans le peloton de tête des plus gros épargnants au niveau mondial.

Le montant des dépôts bancaires n’a pas cessé de croître ces dernières années, et la situation économique joue un rôle extrêmement favorable pour ce type de pratique : la peur de l’inconnue pousse à épargner et attendre des jours meilleurs.

Dans ce guide, nous allons répondre à la question que vous avez tous dû vous poser au moins une fois dans votre vie, lors de repas entre amis: “comment bien épargner et investir son argent ?”

Comme toujours, gardez en tête que la meilleure façon d’agir sur un terrain que vous ne maîtrisez pas complètement reste tout d’être accompagné par un professionnel. À ce titre, nos chefs de projets patrimoniaux se tiennent à votre disposition pour toute question et accompagnement.

Si vous désirez plus d’informations sur les différentes manières de placer votre argent, vous pouvez contacter un conseiller Netinvestissement en cliquant ici.

Écrit par Stéphane van Huffel, Directeur général, conseiller en gestion de patrimoine

Article rédigé par un professionnel expérimenté. Nous apportons une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des informations communiquées.

banniere article
Ajouter ce guide à mes favoris

Lorsque l’on se penche sur l’épargne des Français, l’on constate de profonds paradoxes : plus de 1 800 milliards d’euros sont actuellement investis sur des fonds euros au travers de contrats d’assurance-vie, et près de 400 milliards d’euros sont déposés sur des livrets d’épargne (livret A, LDD, etc.)

Cette épargne, que nous qualifions tous d’épargne de “précaution”, ne sert pourtant aucun objectif réel et tangible ! L’argent dont vous disposez ne sert pas la cause de l’économie réelle, et ne travaille d’ailleurs quasiment pas. Rappelons-le, les livrets d’épargne paient aujourd’hui moins de 1% annuel, et même si c'est en train de changer, les fonds euros ont vu leur rendement descendre fortement.

Comme si ceci ne suffisait pas, cette épargne n’est qu’illusoire face à l’inflation que connaît actuellement notre pays. Elle fait augmenter les prix des biens de consommation plus rapidement que ce que votre épargne ne travaille en étant placée sur les supports cités plus haut.

Néanmoins, les livrets réglementés sont choisis pour parer aux éventuelles dépenses imprévues concernant votre résidence principale, votre voiture, vos enfants, etc. Or, là encore, nous constatons que ces livrets dorment longtemps sans être vraiment utilisés ni même optimisés.

1. Déterminez votre profil d’épargnant

Pour commencer, comme dans tout projet, il est primordial de poser les bases. Dans le cas très spécifique de votre projet d’investissement, il vous faut définir votre profil d’épargnant.

Ce travail ne s’arrête pas uniquement à déterminer si vous aimez le risque, ou si vous souhaitez servir une cause particulière. L’objectif principal de l'exercice consiste à préciser qui vous êtes par rapport à la cause que vous souhaitez défendre.

Pour bien épargner, il faut commencer par définir votre « profil d’épargnant ». Cela ne se résume pas simplement à savoir si vous avez une grosse aversion au risque ou pas. Se fixer son profil d’épargnant est un exercice qu’il faut prendre au sérieux.

Votre âge, votre situation personnelle et professionnelle, l’état de votre patrimoine et de vos placements sont les premiers et principaux indicateurs pour se fixer.

Le profil d’épargnant tient également compte d’un certain équilibre. Or nous constatons bien souvent que les patrimoines des Français, quelle que soit leur taille, sont souvent déséquilibrés : soit exagérément sécuritaire (vous n’avez que des livrets, mais vous avez plus de 200 000 € sur ces livrets…) ou encore trop orientée immobilier, soit majoritairement investi en assurance-vie (sur des fonds en euros ou en unités de compte). Tout est donc une question d’équilibre.

Il ne faut pas s’astreindre à jouer l’écureuil en plaçant toute votre épargne sur votre assurance-vie, mais trouver le moyen de piloter la durée, la rentabilité de vos placements et le risque associé, en gardant comme principal objectif de ne pas vous retrouver dans une situation qui vous place dans une situation d’inconfort. Encore une fois, tout est une question d’équilibre.

Ensuite bien entendu, votre âge et votre situation financière sont des critères à prendre en compte.

À 30 ans, il est plus logique et pertinent de se positionner plus fortement en Bourse, ou d’utiliser des produits parfois plus volatils. Il s'agit ensuite de sortir progressivement de ces investissements, au profit de plus de sécurité, au fur et à mesure que vous vous approchez de la retraite.

Netinvestissement vous recommande :

Notre sélection des meilleurs placements en 2024

Notre sélection des meilleurs placements en 2023 | Netinvestissement
Ne ratez rien de nos conseils !

2. Fixez-vous des objectifs

Epargner pour épargner n’a, en soi, aucun intérêt. Tout placement, tout investissement, toute épargne doit avoir un objectif :

  • Disposer de liquidités à tout moment : vous privilégierez les livrets d'un établissement bancaire, sachant que ces supports que l’on appelle des supports d’épargne ne sont en fait que des supports de trésorerie. En effet, le livret d'épargne ne rapporte rien ! (Si l’on tient compte de la fiscalité des livrets Boostés et de l’inflation).
  • Placer un capital acquis sur le long terme : en fonction de votre âge notamment, vous pourrez vous tourner vers des supports de type contrat d'assurance-vie, SCPI ou location meublée.
  • Défiscaliser : les PER, FCPI/FIP ou encore les investissements immobiliers à caractère défiscalisant (Pinel ou autre) sont des solutions à étudier pour réduire votre impôt sur le revenu.
  • Préparer sa retraite, créer du capital, valoriser un capital etc…

Vous l’aurez compris, vous devez d’abord vous demander pour quelle(s) raison(s) vous décidez d’épargner et en fonction de cela, alors seulement trouver le produit adéquat…. Et non pas l’inverse.

C’est là l’erreur la plus communément observée chez les épargnants français : l’épargne est souvent réalisées sans but précis. Il est alors commun de se retrouver avec une certaine somme de liquidités non employées, et de devoir trouver des solutions “dans l’urgence” pour atteindre les objectifs de compléments de retraite, ou de protection des enfants lors de l’organisation de la succession.

3. Définissez votre capacité d’épargne

« Quelle somme d’argent êtes-vous en mesure d’épargner chaque mois, sans que cela ne change en rien votre train de vie » ?

Cette question, très régulièrement posée par les conseillers en gestion de patrimoine à leurs clients, permet justement de définir votre capacité d’épargne, et par voie de conséquence, les moyens disponibles pour atteindre les objectifs préalablement fixés. CQFD. Peu importe le montant des versements d’ailleurs, ce qui compte par-dessus tout, c’est la régularité.

Oubliez donc l’idée de placer beaucoup d’un coup ! Cette méthode ne fonctionne pas sur le long terme car elle n’est pas représentative de votre train de vie et peut ne pas être pérenne dans le temps. Gardez en tête que ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières, il en sera de même pour la construction de votre patrimoine : le temps reste votre meilleur allié dans la réalisation de vos objectifs.

Exemple : un versement de 100 € par mois placé sur un support à 4% de rendement rapporte au bout de 20 ans près de 40 000 € !! C’est la durée qui accentue l’effet de levier.

4. Choisir votre support d’épargne

Dans le premier point de ce guide, nous parlions de déséquilibre. Soyez donc vigilant à mieux équilibrer vos placements et leur répartition. Si vous avez déjà beaucoup investi dans l’immobilier, privilégiez plutôt les valeurs mobilières et inversement.

Le but étant (encore une fois) de pouvoir piloter votre épargne en fonction du temps à venir et de ce que vous souhaitez en percevoir. De fait, il est préférable de défendre une stratégie dite “temporelle”, c’est-à-dire découpée par tranche de 5 ou 10 ans par exemple, et d’y associer les supports les plus adaptés au succès économique de ces tranches.

La tranche la plus "court terme” sera certainement la plus à même d’être investie sur des supports probablement liquides. La tranche la plus "long terme", elle, pourra être investie sur des solutions immobilières, tout en vous faisant aussi profiter d’effet de levier bancaire pour maximiser vos gains et performances sur le long terme.

Si vous êtes plutôt jeune, n’ayez pas peur de miser sur la Bourse. Si en revanche, vous êtes à 10 ans de la retraite, commencez progressivement à sortir des marchés financiers pour vous recentrer sur des supports moins rentables mais plus sécurisés.

Conseil d’expert : il existe de très nombreux produits, supports, dispositifs, parfois même très simples et peu (voire pas du tout) risqués que vous ne connaissez peut être pas (lisez notre article sur l'épargne sans risque pour en savoir plus). Eh oui, la gestion de l’épargne disponible est un métier. Alors n’ayez pas peur de vous renseigner avant. Nous développerons ce point plus bas.

5. Comparez avant de vous lancer

On ne le dira jamais assez : COM-PA-REZ !

Le meilleur moyen de réussir vos investissements reste de comparer les offres et solutions qui s’offrent à vous. Sélectionnez uniquement celles qui vous semblent correspondre le mieux à votre situation et à vos objectifs.

La manière la plus efficace de choisir la solution qui vous convient le mieux reste de faire appel à un professionnel spécialisé qui a accès à toutes les solutions du marché. Comme Netinvestissement par exemple. Ainsi vous évitez l’écueil ultime de ne défendre (via votre investissement) que les intérêts économiques de votre conseiller, mais bel et bien les vôtres.

Enfin, restez vigilants sur les offres qui peuvent vous sembler trop intéressantes. Typiquement, les offres de livrets boostés à 5% en sont le parfait exemple, ces rendements tombent souvent à 1% après une période de grâce de deux ou trois mois.

Gardez en tête une chose, un chef de projet patrimonial indépendant reste votre meilleur atout dans cette démarche pour vous assurer une compréhension totale de votre projet, et la prise en compte de vos intérêts à chaque instant.

6. Choisir le bon interlocuteur

Si vous avez appliquez le conseil précédent, vous aurez donc bien comparé avant de vous lancer. Une fois cette étape de sélection effectuée, choisissez avec soin votre interlocuteur. C'est celui ou celle qui va piloter, conduire, suivre, gérer, arbitrer votre contrat et vous aider à constituer une épargne.

N’oubliez pas que vous défendez vos intérêts, et non pas ceux de l’établissement qui les détient. En d’autres termes, nous ne saurions que trop vous recommander d’opter pour un professionnel indépendant.

Assurez-vous également que cet interlocuteur est « incentivé » à la performance de votre épargne. En effet, un conseiller intéressé par vos résultats sera naturellement plus impliqué, plus engagé et certainement plus performant que celui ou celle qui n’a aucun intérêt dans la rentabilité du placement proposé.

Placer son argent
Vous recherchez un placement sécurisé et performant ? Découvrez les solutions ... Découvrez cette offre

7. Suivez votre placement

Nous avons tous tendance à commettre cette erreur : une fois le placement ouvert, on ne s’en occupe plus et on le laisse dormir, végéter, prendre la poussière. Ne commettez pas cette imprudence et surveillez votre placement. N’y a-t-il pas une nouveauté sur le marché dont vous devriez profiter ? Un changement de loi ne vous permet-il pas de bénéficier de conditions plus avantageuses ?

La surveillance et la veille restent importants en matière d’épargne et de placements.

Cette veille constante relève sans doute de l’évidence pour vous, ou au contraire, peut-être avez-vous peur que vos connaissances ne soient pas suffisantes pour appréhender correctement les tenants et les aboutissants d’une nouvelle solution ? En ce cas, vous pouvez déléguer la gestion de votre placement. 

Parlez-en avec votre chef de projet patrimonial. Il est le principal relais d’information et votre lumière en ce qui concerne vos investissements. C'est la personne la plus qualifiée pour suivre vos placements et vous conseiller sur les possibles évolutions de la stratégie mise en place.

BONUS : les 3 erreurs à ne pas commettre

  1. Ne pas comparer : même si la publicité sait évidemment très bien y faire, ne vous laissez pas hypnotiser aveuglément. Comparez avant de vous lancer. Il existe bien souvent des différences et des écarts, notamment de performance d’un produit à un autre.
  2. Ne pas demander conseil : sauf si vous êtes un professionnel de la finance ou de la gestion de patrimoine, nous ne saurions que trop vous recommander de demander conseil à un professionnel. Si vous croyez que vous savez et pouvez gérer votre argent vous-même, vous vous trompez.
  3. Sous-estimer la disponibilité : chaque type de placement, chaque catégorie de produits a ses avantages et inconvénients et l’un d’entre eux est la disponibilité (que l’on appelle aussi liquidité). Ne vous focalisez pas uniquement sur la performance du support, regardez bien les frais, la fiscalité et donc la disponibilité effective de vos liquidités. Sous combien de temps concrètement vous pouvez disposer de vos fonds.
En résumé...

Vous l’aurez compris, avant de placer son argent sur un support (que ce soit dans un placement financier ou un projet immobilier) il est important, pour ne pas se tromper, pour bien optimiser, et pour défendre au mieux ses propres intérêts, de respecter ces quelques règles de base. L’épargne est un acte qui pour certain parait simple voire anodin, mais qui, s’il est effectué correctement, peut s’avérer plus efficace. N'hésitez pas à prendre contact avec l'un de nos chefs de projets patrimonial, celui-ci saura vous conseiller au mieux.

Crayon auteurÀ propos de l'auteur
Stéphane van Huffel, Directeur général, conseiller en gestion de patrimoine

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France.

Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast & Van en 2005 puis fonde netinvestissement avec son associé Karl Toussaint du Wast. Il est également co-fondateur du tour de France de l’immobilier et du baromètre des placements. Stéphane intervient régulièrement en tant qu’expert auprès de nombreux média français.

Lire la suite
Contacter Stéphane
Dernier commentaire client
"Très bon contact avec mon conseiller et des propositions de placements en phase avec ma stratégie d'investissement ainsi qu'au niveau de ma prise de risque acceptable. L'avenir me dira si les propositions étaient judicieuses"
Le 2022-07-25 15:00:39 par Philippe R.
mon alt Vous avez aimé ce guide ?
Laissez une note :

7,8/10 pour 18 lecteurs

Comment ça marche ?
C'est simple comme 1,2,3
1-Vous vous informez Découvrez les différentes solutions de placements proposées en fonction de vos besoins
2-Prise de contact Fixez un rendez-vous gratuit avec un chef de projet patrimonial et recevez une réponse en 24h.
3-Vous souscrivez Finalisez votre projet facilement à l'aide de votre chef de projets patrimoniaux Netinvestissement.
Ils nous ont fait confiance Des centaines de netinvestisseurs heureux !
simulation gratuite Netinvestissement
Votre simulation

gratuite & personnalisée

Je souhaite recevoir des informations de la part de Netinvestissement sur les moyens d’optimiser mes investissements*

Réponse en 24h !