Trop de logements vides à Paris ?

Ecrit par : Stéphane van Huffel

Directeur général, conseiller en gestion de patrimoine

Vu 3395

fois

1 min

de temps de lecture

La ville de Paris veut résolument mettre la pression sur les propriétaires de logements vacants. Pour cela, elle s’apprête à augmenter la taxe sur les résidences secondaires et sur les logements vacants. Déjà évoquées lors des campagnes municipales, les pistes proposées par le Front de gauche ont donc été adoptées. Elles devraient rapporter à la capitale française entre 300 et 400 millions d’euros pour l’année 2017. Quel est l’objectif de cette mise en place ? Quel va être le montant de la hausse ?

Surtaxer les résidences secondaires ?

La mairie de Paris s’attaque au dossier des résidences secondaires. Ce n’est pas la première fois car l’an dernier, les propriétaires de résidences secondaires ont connu une augmentation de 20% de leur taxe d’habitation par rapport à la taxe d’habitation des résidents (résidences principales). Le gouvernement ne compte pas s’arrêter là. Les élus souhaitent que le taux de la taxe augmente cette année de 100%.

Selon eux, la taxe est beaucoup trop basse aujourd’hui, et ne permet pas un effet dissuasif. De nombreux propriétaires préfèrent encore payer la taxe plutôt que de mettre en location leur appartement vide. Paris compte 90 000 résidences secondaires, qui ne sont occupées que quelques jours par an, un véritable manque à gagner pour les nombreuses personnes à la recherche d’un logement.

Qu’en est-il pour les logements vacants ?

En début de semaine, la ville de Paris a voté pour une augmentation de la taxe sur les logements vacants. Cette dernière devrait alors quadrupler en un an. Aujourd’hui, le propriétaire d’un logement vacant paye une taxe de 12,5% de la valeur locative cadastrale, la première année. C’est une somme considérée comme insuffisamment élevée par de nombreux élus, qui n’est pas incitative à la mise sur le marché de la location des biens concernés. Pour la deuxième année la taxe passe pourtant à 25%. Mais la ville de Paris a revu ces taux et souhaite désormais mettre en place une taxe à hauteur de 50% la première année, puis 100% la deuxième année.

Cette hausse ne pourra être effective qu’après le vote de la loi de finances 2017. Elle devrait alors inciter les propriétaires à remettre les logements vacants sur le marché de la location.

En résumé...

La Mairie de Paris dit désormais « stop » aux logements vides, qui sont devenus trop nombreux ces dernières années. Que ce soit des résidences secondaires peu ou pas occupées, ou des logements totalement vacants, les pouvoirs publics ont décidé d’augmenter les taxes pesant sur les propriétaires. Actuellement, elles ne sont pas assez dissuasives selon une partie des élus de la capitale, et les propriétaires préfèrent payer la taxe, plutôt que de mettre en location leur bien. Cette hausse les fera-t-ils changer d’avis ?

Ne ratez rien de nos conseils !

Crayon auteurÀ propos de l'auteur

Stéphane van Huffel, Directeur général, conseiller en gestion de patrimoine

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France.

Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast & Van en 2005 puis fonde netinvestissement avec son associé Karl Toussaint du Wast. Il est également co-fondateur du tour de France de l’immobilier et du baromètre des placements. Stéphane intervient régulièrement en tant qu’expert auprès de nombreux média français.

Lire la suite
Contacter Stéphane
Pour aller plus loin ...
+ -
simulation gratuite Netinvestissement
Votre simulation

gratuite & personnalisée

Je souhaite recevoir des informations de la part de Netinvestissement sur les moyens d’optimiser mes investissements*

Réponse en 24h !