Chargement de la page ...

banniere article

Finance verte et écologie : comment la finance s’adapte à l’environnement ?

En résumé ...

Qu’est-ce qu’est vraiment la finance verte ? Comment la finance verte arrive à s’adapter aux causes environnementales ? C’est à ces questions que le présent guide répond.

L’article « Finance verte et écologie : comment la finance s’adapte à l’environnement ? » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Ecrit par : Jean-Philippe Perrin

Conseiller en gestion de patrimoine

458 vues

par nos lecteurs

5 min

de temps de lecture

Votre simulation

gratuite et personnalisée

Je souhaite recevoir des informations de la part de Netinvestissement sur les moyens d’optimiser mes investissements*
Podcast

Introduction

La lutte contre le réchauffement climatique et la défense de l’environnement sont omniprésentes dans le monde. En effet, vous rencontrez leur présence dans les médias, les commerces, les gouvernements, les villes etc. Mais qu’en est-il aujourd’hui dans le monde de la finance ? L’écologie est présente dans tous les esprits même dans l’esprit des financiers.

Désormais, nous entendons parler de plus en plus d’investissement socialement responsable (ISR), de finance verte ou encore de critères financiers environnementaux. Mais qu’est-ce qu’est vraiment la finance verte ? Comment la finance verte arrive à s’adapter aux causes environnementales ? C’est à ces questions que le présent guide répond.

1. Qu’est-ce que la finance verte ?

Aujourd’hui, il n’existe aucune définition officielle de la finance verte. Cependant, il est possible de considérer que la notion de finance verte correspond à des actions ou des opérations financières tendant à favoriser la transition énergétique et la lutte contre le réchauffement climatique. En d’autres termes, la finance verte a un objectif environnemental.

La finance verte peut englober différentes catégories. Nous trouvons sur le marché des actifs qui sont totalement verts, tels que la production d’éolienne ou de panneaux solaires par exemple. Nous trouvons également d’autres actifs qui soutiennent des entreprises en pleine transition écologique. Il existe enfin des actifs pour la finance verte « de demain ». A travers eux, nous retrouvons le financement dédié à certains secteurs d’activités souhaitant, par exemple, réduire leurs impacts carbones.

La finance verte tend à s’étendre à tous les secteurs d’activités. En effet, tous les secteurs sont appelés à faire leur transition.

Pour autant, le manque de définition officielle de la finance verte peut parfois être problématique. En effet, certains projets peuvent avoir un caractère écologique douteux. Sans définition officielle et juridique, certains acteurs utilisent plusieurs critères différents pour reconnaitre un projet comme un projet écologique ou vert. Par manque de vérification, certains projets peuvent être sujet à du « greenwashing ».

En tout état de cause, une définition officielle et encadrée de la finance verte est en train d’être écrite. Actuellement, la Commission Européenne œuvre afin de rédiger une définition de la finance verte, définition ayant pour but d’harmoniser et d’éviter les éventuels abus des acteurs sur la finance verte.

netinvestissement vous recommande :

Objectif 10%

de rendement par an*

Capital et rendement
non garantis
Placer son argent

Vous recherchez un placement sécurisé et performant ? Découvrez les solutions ...

Découvrez cette offre

2. Les origines de la finance verte

L’origine du développement de la finance verte n’est pas une origine certaine. En effet, il est difficile de retrouver le point de départ de celle-ci. Aucun texte ne donne d’information sur sa naissance et sa création.

Pour autant, nous considérons aujourd’hui que la notion de finance verte s’est développée autour des années 2000. Les premières obligations vertes ont été créées par la ville de San Francisco en 2001. Ces obligations avaient pour objectif de financer l’électricité solaire.

En Europe, en 2007, la Banque européenne d’investissement créa à son tour des « green bonds » (obligations vertes) sous le nom de « Climate awareness bond ».

En 2008, la Banque Mondiale développe également sa première obligation verte à travers une stratégie pour le développement et le changement climatique. 185 pays ont participé à l’élaboration de cette obligation verte. Cette opération est une opération qui marqua l’histoire de la finance verte en permettant de sensibiliser au changement climatique et de mettre en évidence l’enjeu et la nécessité de soutenir ce nouveau type d’investissement auprès des investisseurs.

Depuis 2008, le développement des obligations vertes s’accélère. Le G20 (regroupement des 20 pays les plus industrialisés), le FMI (Fonds Monétaire International) ou encore l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economique) ont reconnu officiellement le potentiel du marché des obligations vertes en 2010. A partir de ce moment, nous avons pu voir la naissance des premières obligations vertes émisses par une entreprise, par une municipalité, mais aussi des premières obligations vertes souveraines. En 2016, la première obligation souveraine verte apparait dans les pays émergents.

Ces différentes évolutions permettent de démontrer l’essor des finances vertes, essor qui n’est pas près de s’arrêter, notamment du fait du réchauffement climatique qui pousse et poussera les financiers et les investisseurs à changer d’horizon de placement.

3. La finance verte aujourd’hui

L’aboutissement de la création de nombreuses obligations vertes fait qu’au premier semestre 2019, le cap des 100 milliards de dollars d’obligations vertes sur le marché mondial a été franchi. Le cap a été franchi bien plus tôt qu’en 2018, qui avait attendu le deuxième semestre. Il faut savoir que la France est le premier pays émetteur d’obligations vertes avec, en 2019, plus de 15 milliards de dollars d’obligations vertes. Elle se place comme premier pays devant les États-Unis.

L’explication de la première place de la France est principalement la mobilisation des grands émetteurs publics et des grandes banques françaises. En effet, Engie et la Caisse des Dépôts arrivent en tête du classement français des émissions de green bonds avec plus de 6 milliards d’émissions. Nous retrouvons ensuite la société du Grand Paris express avec 3 milliards d’euros d’émissions. Parmi tous les acteurs, nous identifions aussi la Banque Postale, la SNCF ou la RATP.

Selon la « Climate Bonds Initative », le montant total des émissions en 2019 devrait atteindre 250 milliards de dollars.

A ce jour, la France a créé 3 labels dédiés à la finance verte :

  • Le label Greenfin : il a pour principal objectif de garantir la qualité verte des fonds. Le plus de ce label est qu’il exclut totalement les fonds qui investissent dans des entreprises agissant dans le secteur du nucléaire ou des énergies fossiles.
  • Le label financement participatif de la croissance verte : créé en 2017, ce label a pour principal vocation de mettre en avant le financement participatif pour des projets ayant des actions sur la transition énergétique et écologique. De plus, ce label permet de garantir la transparence des projets participatifs mais aussi de donner des garanties sur la qualité environnementale du projet.
  • Le label Investissement Socialement Responsable (ISR) : l’ISR est le label le plus répandu en France. En effet, depuis sa création, 337 fonds ont aujourd’hui le label ISR. Cela représente aujourd’hui 136 milliards d’euros. Ce label a pour but de rendre plus visible les produits d’investissement socialement responsables. L’ISR prend en compte plusieurs critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG).

netinvestissement vous recommande :

Green Fin ISR : : comment donner du sens à mes placements ?

Découvrez la playlist youtube ISR

4. Les objectifs de la finance verte

Les objectifs de la finance verte sont multiples. En effet, il y a une multitude de raisons justifiant le développement de la finance verte tels que :

  • la favorisation de la transition énergétique
  • la lutte contre le réchauffement climatique
  • la protection de la biodiversité
  • la réduction de la pollution de l’eau, de l’air, du sol etc.

Comme il a été dit auparavant, l’objectif principal de la finance verte est la cause environnementale.

Aujourd’hui, le monde de la finance souhaite réagir face au risque de dérèglement du climat. Pour cela, le développement d’obligations vertes peut aider à favoriser la lutte pour la protection de la planète. La finance verte permet de sensibiliser l’opinion des investisseurs face au changement climatique. En effet, les investisseurs peuvent devenir acteur de cette lutte à travers des investissements verts et responsables. Il faut savoir qu’investir dans des produits verts n’empêche pas le rendement financier. De fait, il est possible aujourd’hui d’allier rendement et lutte contre le réchauffement.

Le constat que nous pouvons faire sur les 10 dernières années est que les investisseurs sont réellement plus conscients de leur aptitude à pouvoir soutenir des projets écologiques à travers leurs investissements.

De plus, il faut savoir que l’épargne fait partie des dix premiers secteurs qui émet le plus de CO2. En effet, il est à la 6ème place après le secteur du transport, le logement, l’alimentation, les biens et l’utilisation de services publics. En effet, l’épargne qui dort sur le PEL ou le Livret A peut émettre beaucoup de CO2 en finançant des activités polluantes. A travers le nombre de Livret A et PEL qui dorment dans les banques, il serait possible de favoriser considérablement la transition écologique. Peut-être qu’à termes, il y aura la création de Livret beaucoup plus verts investissant dans des activités non polluantes (comme le Livret de Développement Durable malheureusement plafonné à 12 000 euros de versement), ou du moins dans des activités en pleine transition écologique.

Les différents objectifs de la finance verte peuvent se retrouver à travers plusieurs investissements qui sont proposés chez Netinvestissement. En effet, vous pouvez avoir accès à des fonds qui investissent dans l’eau, des fonds qui investissent principalement dans des thématiques du monde de demain ou des fonds tournés vers les thématiques de la santé et de la nutrition. Vous pouvez retrouver aussi des investissements immobiliers en SCPI (Sociétés Civiles de Placement Immobilier) tels que PF02 du Groupe PERIAL, qui est une SCPI environnementale. Pour en savoir plus sur les investissements possibles dans la Green Finance, un guide a été rédigé à ce sujet : METTRE LE LIEN DU GUIDE DE JP

5. Actualité sur la finance verte

La finance verte et les rhinocéros : le Rhino Bond verra le jour au 2ème trimestre 2020

Aussi étonnant que cela puisse paraitre, la finance verte passe aussi par la protection des animaux en voie d’extinction. En effet, le rhinocéros noir d’Afrique est menacé d’extinction notamment à cause du braconnage. L’objectif principal du fonds Rhino bond est d’aider à la protection de cette espèce. Le fonds a été créé par Conservation Capital et sera commercialisé courant 2020.

Quel est le principe du Rhino Bond ? Celui-ci est simple : les créanciers de ce fonds percevront un intérêt sur leur prêt si la population des rhinocéros vivant dans cinq zones du Kenya et l’Afrique du sud augmente sur une durée de 5 ans. Le risque pour les investisseurs serait que la population des rhinocéros stagne ou diminue.

Conservation Capital explique que si ce fonds aboutit à un résultat positif, il pourrait créer d’autres fonds pour d’autres espèces menacées. De fait, le Rhino Bond est une véritable démonstration de l’investissement vert et responsable.

Achat par le Crédit Mutuel Alliance Fédérale d’électricité verte

Le contrat est signé : Crédit Mutuel Alliance Fédérale s’engage auprès du fournisseur d’énergie Noltalia. Il est prévu à travers ce contrat la construction d’une centrale solaire dans le sud de la France. Cette centrale permettra au Crédit Mutuel de bénéficier de 5% de ses besoins électriques en électricité verte.

Ce contrat s’inscrit dans la stratégie du groupe, stratégie tendant à réduire de 30% son empreinte carbone entre 2019 et 2023. Ce contrat démontre l’engagement de cette banque vers l’écologie et la lutte pour le climat.

Le fonds français pour l’environnement mondial

Le Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM) a été créé par le gouvernement français en 1994. Ce fonds a pour mission d’aider à la protection de l’environnement mondial dans les pays en développement.

Le Fonds Français est très mobilisé dans la protection de l’environnement à travers de nombreux projets que le fonds met en œuvre. Pour plus de renseignements sur ce fonds, vous pouvez toujours consulter son actualité à travers son site internet: FFEM.fr.

La finance verte au niveau de la Banque Centrale Européenne

Christine Lagarde a annoncé, en fin d’année 2019, son souhait de vouloir intégrer la finance verte et la lutte contre le réchauffement climatique dans les objectifs de la Banque Centrale Européenne (BCE). En reprenant ses termes, elle souhaite « verdir les actions de la BCE ». Cependant, ce projet ne partira pas de zéro. En effet, la BCE a commencé à racheter de nombreuses obligations vertes afin de pouvoir être en mesure de soutenir la finance d’activités peu polluantes.

En outre, Christine Lagarde souhaite aussi que la BCE évince petit à petit les titres financiers des entreprises polluantes qu’elle détient aujourd’hui dans son bilan.

La Commission Européenne met en œuvre un plan pour aider à financer la transition écologique

Actualité du 14 janvier 2020 : la Commission Européenne a annoncé vouloir accompagner les pays les plus éloignés dans leur transition écologique et ce dans le but de la neutralité carbone en 2050. Les États membres de l’Europe de l’Est étaient très impatients de cette annonce. Ursula Von der Leyen, présidente de la Commission Européenne, a annoncé que 100 milliards d’euros seront débloqués pour aider ces pays dans leur transition énergétique.

Cette actualité, qui ne concerne pas directement la finance verte, permet de démontrer l’attrait de l’Europe vers le changement de nos pratiques énergétiques. En effet, le climat fait partie des projets « des plus grands », ce qui prouve l’importance de la finance verte. Effectivement, la finance verte permet aux investisseurs de devenir acteurs de la transition écologique, au même titre que la Commission Européenne, et prouve aux investisseurs l’importance de changer pour le climat.

Blackrock vers des investissements plus durables ?

Blackrock, gestionnaire d’actif connu pour ses investissements massifs dans les énergies fossiles, a annoncé vouloir verdir ses investissements le 15 janvier 2020. Blackrock souhaite investir dans des entreprises plus vertes, ou qui tendent à changer pour contrer le réchauffement climatique. Larry Fink, Président de Blackrock, explique que « le réchauffement climatique est en train de redéfinir complétement la finance internationale ». C’est pour cela qu’il souhaite se tourner vers des entreprises plus vertes.

Coronavirus et la finance verte

Pendant cette crise sanitaire inédite, la question de l’impact du coronavirus sur les fonds et investissements verts s’est posée. Chez Netinvestissement, de nombreux articles d’actualités et de guide ont été rédigés à ce sujet.

Conclusion

Aujourd’hui, il n’est plus possible de passer à côté du mouvement écologique afin de lutter contre le réchauffement climatique et la protection de notre planète. La finance verte offre donc de nombreuses perspectives. En effet, investir dans des fonds d’investissements verts ou écologiques, permet à la fois de devenir acteur du monde de demain tout en profitant des opportunités que cette transition va engendrer. Il ne s’agit plus simplement du couple rendement/risque mais également de sens à donner à son épargne.

Cependant, il faut rester vigilant car investir dans des actifs « verts » n’exclue pas d’être attentif et prudent comme pour tout investissement dans un actif financier. N’hésitez donc pas à vous rapprocher de nos spécialistes qui sont à votre disposition pour vous accompagner dans votre projet.

Ne ratez rien de nos conseils !

Vous avez aimé ce guide ?
Laissez une note !

A propos de l'auteur

Jean-Philippe Perrin, Conseiller en gestion de patrimoine

Diplômé d’un Master en Gestion de Patrimoine à l’INSEEC , Jean-Philippe Perrin a rejoint dès la fin de son parcours scolaire le cinquième assureur mondial pour exercer le poste de conseiller financier pendant près de deux ans. Par la suite en 2014, il intègre une banque privée spécialisée en gestion patrimoine où il occupe le poste de Conseiller en Gestion Patrimoine pendant 4 ans avec beaucoup de réussite. Conscient que le métier de conseiller en Gestion Patrimoine est en pleine mutation, il rejoint, début 2018, netinvestissement à Bordeaux.

Lire la suite

Dernier commentaire client

"Comme d habitude , dossier traité avec le plus grand professionnalisme par jean philippe perrin .Merci pour votre travail .Cordialement laurent"

Avis client :
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
Le 2020-06-11 07:49:53 par Laurent C.

Comment ca marche ?
C'est simple comme 1,2,3

1-Vous choisissez

Parmi l'ensemble des placements financiers et immobiliers sur le marché français.

2-Prise de contact

Fixez un rendez-vous gratuit avec un chef de projet patrimonial et recevez une réponse en 24h.

3-Vous souscrivez

Finalisez votre projet facilement en suivant les étapes de souscription.

Ils nous ont fait confiance
Des centaines de netinvestisseurs heureux !

/10

sur 410 avis clients