Mis à jour le 25/01/2023

10 erreurs à ne pas commettre lorsque l’on place de l’argent

Avis des lecteurs :

6/10 pour 20 lecteurs

3/5
pour 20
Nombre de vues : 97 849
Écrit par Christelle Agogué, Conseillère en gestion de patrimoine, rédactrice chez Netinvestissement
banniere article
Ajouter ce guide à mes favoris

Force est de constater que la finance, comme beaucoup d‘autres secteurs de prédilection, ne déroge pas à la règle des fausses croyances très encrées dans l’esprit collectif.

« Ça ne sert à rien d’investir en Bourse », ou encore « Il est préférable d’acheter comptant plutôt que s’endetter », ou bien encore « Je veux investir dans l’immobilier à Strasbourg parce que c’est là que j’habite, et je pourrai m’occuper de la gestion », sans oublier la plus célèbre d’entre toutes « l’assurance-vie ça ne rapporte rien ! ».

Tout le monde a donc un avis sur ce qu’il faut faire ou ne pas faire, sur l’intérêt de privilégier telle solution plutôt qu’une autre, sans finalement connaitre en profondeur les caractéristiques techniques et subtilités propres à chaque placement.

Et même d’une façon plus générale, propres à chacun en fonction de sa propre situation et objectifs personnels.

Bon nombre d’investisseurs qui nous contactent ont réalisé par le passé des opérations à l’aveugle, guidées par ces croyances populaires, pour le meilleur … et souvent pour le pire, nous partageons avec vous ce guide du top 10 des pièges à éviter en matière de placements !

Si vous désirez plus d’informations, vous pouvez contacter un conseiller netinvestissement en cliquant ici.

Écrit par Christelle Agogué, Conseillère en gestion de patrimoine, rédactrice chez Netinvestissement

Article rédigé par un professionnel expérimenté. Nous apportons une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des informations communiquées.

banniere article
Ajouter ce guide à mes favoris

1. Erreur n°1 : ne regarder que le rendement

S’il n’est pas facile de classer par ordre d’importance les 10 erreurs à ne pas commettre, celle liée au rendement mérite quand même sa place sur le podium.

Le rendement promis (ou escompté), le taux affiché pour tel ou tel placement ou montage est loin d’être une fin en soi. Vous êtes-vous bien renseigné(e) afin de savoir si ce taux était garanti sur plusieurs années ou une seule ? s’agit-il du taux de cette année ou de l’année passée ? les changements de lois, les avenants à la loi de Finance pourraient t’ils impacter ce rendement ? Malheureusement, vous êtes peu nombreux à vous poser toutes ces questions avant de se lancer tête baissée vers une « offre alléchante ».

Pourtant, cette première erreur est pourtant largement commise par les non-initiés ou celles et ceux qui ne sont pas (encore) suivis par un conseiller indépendant.

N’oubliez pas tout d’abord cette maxime bien connue dans le milieu financier : « les performances passées ne présagent pas des performances futures ». Ce qui s’est passé dans le passé ne détermine pas nécessairement le futur et avec lui donc, la moindre garantie de rendement maintenu. Pour bien choisir avant de placer votre argent, vous devez analyser et étudier un produit, ou une classe d’actifs, dans son ensemble.

D’autant plus que, autre élément souvent mis en parallèle du rendement, la tristement célèbre question des frais doit être posée. Choisir son placement en fonction du rendement n’est pas mieux que choisir en fonction des frais affichés.

Nous en parlons souvent au travers de nos rédactions, ne jamais perdre de vue que le 0% de frais est très rarement gage d’une rentabilité durable et pérenne sur vos placements. Vous avez certainement déjà entendu cette maxime : « ce qui est gratuit n’a pas de valeur ».

2. Erreur n°2 : ne pas avoir défini d’objectif(s)

Pour quelle(s) raison(s) souhaitez-vous placer cette somme d’argent ? Quels sont vos objectifs ? Vos moyens ? A quelle échéance ? Quels sont les risques que vous êtes prêts à supporter ?

En effet, selon que vous souhaitiez préparer votre retraite (et donc l’âge auquel vous vous mettez à agir), optimiser la vente de votre entreprise, transmettre à vos enfants, capitaliser sur les marchés financiers, utiliser le levier du prêt pour investir dans l’immobilier, défiscaliser etc… une stratégie structurée, temporalisée et personnalisée doit alors être définie. Faites-vous aider et accompagner par un conseiller financier compétent et indépendant tel que netinvestissement travaillant en architecture ouverte pour vous donner toutes les chances non seulement de bien définir vos objectifs mais également et surtout pour trouver la ou les solutions les mieux adaptées.

Globalement, il convient de garder à l’esprit qu’il n’existe pas de « mauvaises » solutions de placement (en dehors des arnaques bien évidemment) mais plutôt des investissements qui ne répondent pas à un objectif précis. Pour le dire autrement, une chaussure qui n’est pas à votre pointure, ne vous empêchera pas de marcher ; mais vous fera mal aux pieds et vous empêchera en revanche très certainement de pouvoir courir dans de bonnes conditions.

Imaginons une solution de placement qui vous rapporte 8% net / an pendant 5 ans (oui ça existe), mais pour laquelle les fonds ne sont pas disponibles sur la période. Sur le papier, belle opération. Dans les faits, si vous avez besoin des liquidités d’ici 24 mois pour acheter votre résidence principale… c’est une autre affaire.

Tous les paramètres doivent donc être bien pris en considération avant de se lancer.

Placer son argent
Vous recherchez un placement sécurisé et performant ? Découvrez les solutions ... Découvrez cette offre

3. Erreur n°3 : confondre affectif et pragmatisme

Comme je l’écrivais en introduction de ce guide, l’erreur typique et pourtant largement pratiquée : » j’habite à Strasbourg donc je veux investir à Strasbourg » (à noter que cela fonctionne bien évidement aussi avec les Toulousains, les Bordelais, les Lillois et ainsi de suite).

Connaissez-vous précisément et par rapport aux autres villes de France le taux de chômage de la ville, les répartitions par CSP, le taux de vacance locative, de demande locative, les flux migratoires passés et futurs, précisément les projets de développement et leurs conséquences etc…

Bref tout ce qui fait que nous prenons une décision sur la base d’éléments factuels, tangibles et probables et non pas sur une approche subjective et affective. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : « ce n’est bien évidemment pas une erreur en soi d’investir près de chez soi, pour peu que la ville visée réponde effectivement à une demande connue, maitrisée et profonde ». Mais les projections affectives, pire, les décisions prises sur des critères subjectifs font partie des pires (et des plus fréquentes) erreurs commises pourtant encore par nombre de français.

4. Erreur n°4 : mettre tous ses œufs dans le même panier

Vu et revu, entendu et re-entendu… « ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier » est un vieil adage français du 17ème siècle mais qui est, plus que jamais aujourd’hui vrai. Pourtant, nous sommes contraints de constater le contraire quasi quotidiennement lorsque nous faisons des audits ou des points patrimoniaux avec de nouveaux clients. Tout ou presque a été (mal) concentré soit en confiant la totalité ou presque des avoirs à une banque…. Soit en ayant concentré la construction patrimoniale sur une ou deux classes d’actifs différentes seulement.

Il s’agit là d’une erreur fréquente, qui peut être lourde de conséquence et qui est pourtant facile à rectifier, dans votre intérêt.

5. Erreur n°5 : ne faire confiance qu’à son instinct

« Eurotunnel, c’est une belle boite, d’autant que j’y travaille, alors je vais acheter des actions » … affectif ou instinct peu importe. Il s’agit là d’une décision du domaine de la perception personnelle. Or, en matière de gestion patrimoniale ou de finance en général, l’instinct doit être plus que contrôlé.

Nous travaillons sur la base d’éléments factuels, tangibles, palpables, analytiques et non pas sur notre « feeling » ou nos croyances. Même si vous entendrez souvent parler de « convictions » de la part de votre conseiller en gestion de patrimoine, celui-ci n’aura normalement pu forger cette conviction qu’en compilant préalablement de nombreuses données pour lui donner un avis, une opinion, une position argumentée et structurée.

L’investissement financier / boursier n’est pas un jeu. Il s’agi d’une pratique à haute densité d’informations qui nécessite des années de pratique et une connaissance large et qui a besoin d’être en permanence actualisée, si l’on veut comprendre le fonctionnement de la finance mondiale et être au bon endroit au bon moment et pas l’inverse. In Fine, l’instinct n’a que très rarement sa place dans la pratique de cet art.

6. Erreur n°6 : foncer sans comparer

« C’est mon banquier, je le connais depuis longtemps, il s’occupait de mes parents, il m’a proposé son assurance-vie qui rapporte 0,75% sur le fonds euro avec 3% de frais d’entrée, et j’ai accepté (mais depuis peu je commence à me poser des questions et à regretter…) »

À première vue, cela peut paraitre fou. Et pourtant plus de 1000 milliards sont ainsi placés dans les banques sans que le client n’ait effectué la moindre comparaison, les moindres recherches sur Internet.

Savez-vous que pour le même niveau de risque ou de garantie vous pouvez trouver jusqu’à 2 fois mieux ?

Netinvestissement ayant accès à la totalité de l’offre du marché, nous pouvons ainsi en quelques minutes comparer et trouver pour vous le meilleur contrat par catégorie, selon vos objectifs. Vous travaillez dur tout au long de l’année pour gagner votre vie et pouvoir épargner ; alors donnez à votre argent les mêmes chances de pleinement s’exprimer et ne l’enfermez pas dans une offre non comparée.

7. Erreur n° 7 : mal évaluer les risques

« J’ai tout misé sur l’immobilier car c’est sûr » ou pire « j’ai investi dans plusieurs biens immobiliers à Montpellier car je suis de Montpellier et que ça se loue bien »…

Voici là des erreurs aussi fréquentes que risquées. Certes l’immobilier est une classe sûre, oui Montpellier est une ville bien subventionnée donc ou les locataires sont nombreux, oui c’est vrai que les taux étant très bas, s’endetter pour acheter fait porter le risque par la banque davantage que par vous.

Mais pour autant, trop se concentrer ainsi à la fois sur une seule ville et d’autre part sur une seule classe d’actifs (l’immobilier classique local) fait courir un risque important à votre argent et votre patrimoine.

Que se passerait t’il en cas de crise de l’immobilier à Montpellier ? ou dans le Sud Est de la France ?

Qu’adviendrait t’il de votre patrimoine si une nouvelle loi, taxe, mesure venait à bouleverser totalement votre stratégie patrimoniale initiale ? Ne perdez pas de vue que l’immobilier locatif reste dans l’œil du cyclone fiscal et rare sont les assouplissements sur les 10 / 15 dernières années…

Dernier point, n’oubliez pas que le risque zéro n’existe pas. Vous pensez être 100% en sécurité lorsqu’avant de traverser une rue vous avez regardé au préalable à droite puis à gauche ? Oui ? Eh bien non ! vous n’avez pas regardé au-dessus de vous, et si un piano tombait du ciel après avoir chuté d’une passerelle de déménagement ? Je vous l’accorde (à vous, pas le piano), mon exemple est évidemment tiré par les cheveux mais c’est ce que l’on appelle le risque systémique : celui qu’on n’avait pas vu, pas prévu, que l’on croyait impossible. Eh bien ce risque cher(e) lecteur(trice) peut vous couter cher si vous ne l’avez pas anticipé.

Le risque le plus fréquemment pris par les Françaises et les Français que nous rencontrons est celui qui consiste à faire confiance aveuglément à leur banquier, sous le seul prétexte qu’il est… banquier sans avoir préalablement bien veillé à vérifier sa compétence et surtout... surtout... son accès à tout le marché afin que le produit ou la solution proposée soit réellement à votre avantage et pas l’inverse. Malheureusement, à ma connaissance, la banque rouge et noire ne propose pas encore d’accès aux produits de la banque bleue et blanche… et inversement.

Heureusement, il y a netinvestissement.

8. Erreur n°8 : trop se projeter

« Je cherche à acheter un appartement à Clermont Ferrand pour les études futures de ma fille (qui a 6 ans…). ».

Combien de fois avons-nous entendu ce type de raisonnement… Alors, vouloir aider ses enfants et anticiper les besoins financiers des études sont deux motivations tout à fait louables. Et d’excellentes solutions dédiées existent.

Bâtir une stratégie patrimoniale long terme sur ces conjectures, sans la moindre maitrise des évènements (à savoir si votre fille fera des études, lesquelles et où …) expose mécaniquement votre investissement en matière de risques et d’aléas.

Et pour autant, il est aussi parfois essentiel de se projeter un peu (notamment dans une optique de préparation à la retraite) ; tout est alors une question de juste dosage.

Il est toujours intéressant, dans une stratégie globale de placement à long terme, d’envisager dès le départ plusieurs scénarii possibles avec des poches de liquidités sur la durée et des investissements malléables pour parer les éventuels changements de trajectoires. N’oubliez pas, dans 10 ans nous serons en 2033 et nos chers bambins prendront peut-être un avion supersonique ou une hyperloop qui reliera la France à Pékin en 5 heures ou feront leurs études dans un metaverse depuis un canapé, voire les deux à la fois….

9. Erreur n°9 : ne pas faire la distinction entre garantie et sécurité

Un LDD ou un Livret A sont (en principe) à capital garanti, c’est-à-dire, sans risque de perte en capital…. Tant que l’établissement détenteur reste solvable et n’a pas commis d’erreurs de gestion qui mettraient en danger les capitaux de leurs clients et tant que l’inflation n’est pas supérieure au taux de rendement du LDD ou du Livret A… comme c’est le cas actuellement. Un rendement de 2% / an avec une inflation à 7% / an vous fait en réalité perdre… 5% / an. en pouvoir d’achat.

Une SCPI de rendement, un bien immobilier ou une obligation privée AA+ sont des classes d’actifs dits « sécurisés ». Le capital, tout comme votre résidence principale, n’est pas contractuellement garanti, mais la stabilité du sous-jacent, sa solidité, sa dimension tangible en font un actif solide, durable et pérenne. D’où la notion dans ce cas non plus de garantie mais de sécurité.

Nous devons une nouvelle fois vous mettre en garde contre les offres trop alléchantes, annonçant des rendements frôlant parfois les 10% et une garantie de votre capital.

Gardez à l’esprit que le risque 0 n’existe pas en tant que telle, et que la rémunération de celui-ci ne dépasse actuellement pas les 2%.

Au-delà de cette notion de capital garanti (qui est rappelons le une exception mondiale franco-française), il est primordial de se recentrer sur vos objectifs de placement.

Vous avez une trentaine d’années et vous souhaitez capitaliser une partie de votre épargne pour la retraite, ou vous souhaitez investir aujourd’hui pour vos jeunes enfants et leur constituer un capital à leur majorité : le livret A ou le fonds en euro est un non-sens. Il faut optimiser l’horizon long terme de vos objectifs pour sélectionner des solutions de placement rentables et cohérents (à minima vis-à-vis de l’inflation actuelle et à venir).

A contrario vous avez un certain montant de liquidités avec pour projet de financer une acquisition ou un tour du monde à échéance 24 mois, les livrets bancaires et fonds en euro des contrats d’assurance-vie sont probablement préférables.

10. Erreur n°10 : ne pas suivre ses placements

Confier la mission de gérer, de piloter et d’arbitrer votre patrimoine à un CGP professionnel et indépendant est une bonne chose bien évidemment. Son expertise et son indépendance devraient, si vous l’avez bien choisi (comment bien choisir son CGP ?) vous permettre justement non seulement d’éviter de tomber dans les pièges évoqués ci-dessus d’une part, mais également et surtout de créer de la valeur ajoutée en donnant à votre argent toute la capacité pour s’exprimer pleinement.

Si vous n’avez ni le temps ni la compétence pour suivre ou gérer vos placements, en confier le suivi et la gestion à un professionnel compétent est donc une solution évidente. Pour autant, cela ne doit pas vous exonérer de garder un œil et de demander un suivi régulier de votre portefeuille.

En résumé...

Certes, les fausses croyances et biais cognitifs sont nombreux. Nous venons d’en parcours une dizaine et nous aurions pu en présenter bien d’autres.

Il est toutefois intéressant de souligner qu’il est plutôt facile de s’en prémunir en respectant certains conseils de base, le plus important d’entre eux étant de savoir bien s’entourer.

Finalement, la plupart des pièges et erreurs pourraient être évités si nos choix étaient plus rationnels, nos réactions moins impulsives et que nous prenions le temps d’étudier suffisamment en détail les spécificités de la(les) solution(s) retenue(s). Au final, le plus important est probablement de trouver le professionnel le mieux adapté à vos besoins, vos attentes et votre situation afin qu’il puisse trier pour vous le bon grain de l’ivraie et vous aider à sélectionner et organiser la stratégie la mieux adaptée à vous.

Pour cela, une seule chose vous reste à faire, prendre contact avec nous directement et gratuitement en cliquant ici.

Crayon auteurÀ propos de l'auteur
Christelle Agogué, Conseillère en gestion de patrimoine, rédactrice chez Netinvestissement

Titulaire d’un Master II spécialisé « Expertise en Ingénierie Patrimoniale » à l’École Supérieure de Gestion et de Finance (Pôle ESG Paris), Christelle débute sa carrière professionnelle au sein de cabinets indépendants parisiens et bordelais en tant que conseillère en gestion de patrimoine.

Son expérience lui confère une réelle expertise auprès d’une clientèle de particuliers et de chefs d’entreprise, lui permettant de répondre à l’ensemble de leurs problématiques fiscales et patrimoniales au travers d’un suivi personnalisé. Partageant les valeurs d’intégrité et d’efficacité avec Netinvestissement, elle rejoint le cabinet en 2018 en tant que chef de projet patrimonial.

Lire la suite
Contacter Christelle
Dernier commentaire client
"Excellent service et un accompagnement "sur mesure" avec Christelle. Le choix des SCPI proposé correspondait parfaitement à mes attentes et mes besoins."
Le 2022-11-23 17:00:23 par Sas Kabaravic S.
mon alt Vous avez aimé ce guide ?
Laissez une note :

6/10 pour 20 lecteurs

Comment ça marche ?
C'est simple comme 1,2,3
1-Vous vous informez Découvrez les différentes solutions de placements proposées en fonction de vos besoins
2-Prise de contact Fixez un rendez-vous gratuit avec un chef de projet patrimonial et recevez une réponse en 24h.
3-Vous souscrivez Finalisez votre projet facilement à l'aide de votre chef de projets patrimoniaux Netinvestissement.
Ils nous ont fait confiance Des centaines de netinvestisseurs heureux !
simulation gratuite Netinvestissement
Votre simulation

gratuite & personnalisée

Je souhaite recevoir des informations de la part de Netinvestissement sur les moyens d’optimiser mes investissements*

Réponse en 24h !