Focus marchés (27/06/2018)

Visa expert
avatar
Par Stéphane van Huffel
Vu 284 fois

L’article « Focus marchés (27/06/2018) » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Marchés Boursiers / Décryptage

Contexte général

Donald Trump a menacé d’imposer à l’Union Européenne un tarif de 20% sur les importations de voiture. Faisant lourdement monter les tensions, l’Union Européenne va réagir contre toute initiative visant à augmenter les tarifs sur les voitures fabriqués. Ainsi, l’indice des constructeurs mondiaux a chuté de presque 5% la semaine dernière. Face à cette situation, les investisseurs et les traders s’inquiètent de cette menace et font réagir toutes les places boursières du monde :

Wall Street

• Impactée par la guerre commerciale qui oppose les États-Unis et la Chine (soit les deux premières puissances économiques mondiales), la Bourse de New-York ouvre en baisse. La position agressive de Trump sur cette bataille contre ses principaux partenaires fait donc nettement reculer les indices boursiers dont l'indice Dow Jones qui stagne dans le rouge depuis le début de l'année.

Tokyo

• Du côté de Tokyo, cette bataille commerciale qui avait fait souffrir le cours des dernières séances s’adoucit désormais. Ainsi, la bourse de Tokyo rebondi de 0,02% après être tombée à son plus bas niveau depuis près d’un mois. Hésitant au démarrage, l’indice fini ce lundi à la hausse.

Chine

• Toujours dans un contexte de tension commerciale, les actions chinoises aussi dégringolent. Avec une diminution de 3,7% la semaine dernière, la menace de tarif douanier de 10% sur l’importation pèse lourd sur le cours des actions.

Europe

• Toujours à cause des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine, les principales Bourses européennes ont toutes chuté ce lundi. Après les menaces américaines visant les investissements chinois, le marché craint et anticipe une expansion de cette guerre commerciale. À Paris, l'indice CAC 40 perds 1,92% à 5.283,86. Le secteur automobile a bien souffert à l’image de Renault, Peugeot et Michelin. À Londres, l’indice a cédé 2,26% à 7.508,81 points. La plupart des secteurs constituants l’indice ont souffert. Francfort, Amsterdam, Madrid, Bruxelles, ce sont tous les indices européens qui ont été impactés.

Conclusion

Les principaux indices européens sont tous à la traîne cette semaine. Plombés par un secteur automobile incertain et craintif quant aux représailles commerciales entre l’UE et Trump, les marchés ont vu leurs cours chuter de façon brutale.

Zoom sur la croissance Française

D’après l’INSEE (Institut National de la Statistique), la croissance de l'économie française devrait ralentir à 1,7% en 2018. De son côté, le ministre de l’Économie confirme toujours son objectif de 2% de croissance prescrit au gouvernement. La Banque de France donne raison à l’INSEE et déclare que la hausse du PIB devrait ralentir cette année atteignant les 1,7% de croissance pour la fin de l’année, contre 2,3% enregistrés pour 2017. À suivre de près, la remontée de l'euro, l’accélération du cours du pétrole et les tensions protectionnistes peuvent être des facteurs décisifs.

Zoom sur le monde

Autre événement économique à suivre de très près cette semaine, le président turc Erdogan a largement été réélu avec plus de la moitié des voix lors des élections présidentielles dimanche dernier. Sur le marché des matières premières, le prix de l’or a légèrement augmenté soutenant le lingot à 34 880 € mais le Brent a chuté de plus de 1%.

Nos convictions

• Dans le but d’adapter l’exposition aux différentes classes d’actifs et zones géographiques de l’environnement économique et financier actuel, notre politique d’investissement combine toujours diversification et flexibilité des fonds présents dans nos allocations. Ainsi, nous conservons le cap mis sur les marchés européens incorporés à une attention modérée sur les marchés émergents.

• Nous sommes également toujours sensibles aux fonds thématiques prometteurs et au fonds ISR (Investissement Socialement Responsable). Le principe est de combiner des entreprises engagées dans la transition énergétique avec des sociétés opérant dans le photovoltaïque, l’eau, l’éolien, etc. Ces dernières nous apportent de la diversification et nous assure une certaine régularité en période volatile. En parfaite adéquation avec notre stratégie de long terme.

• Notre stratégie n’a pas changé, assurer une gestion qui vise à optimiser une performance de long terme tout en réduisant le risque en proposant une offre adaptée au projet et au profil de nos clients. Dans le contexte actuel, nous recommandons ainsi de ne pas effectuer de mouvements brutaux et de rester pondérés sur l’ensemble des marchés de la planète. La diversification et la différenciation seront plus que jamais nos meilleurs atouts pour assurer une gestion stable dans le temps.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides