Focus Marchés (05/10/2016)

Ecrit par : Stéphane van Huffel

Conseiller en gestion de patrimoine

Vu 3107

fois

1 min

de temps de lecture

Marchés Boursiers / Décryptage

Rentrée animée pour les investisseurs qui ont assisté à une recrudescence marquée de la volatilité sur l’ensemble des places boursières mondiales sur fonds de crainte d’un durcissement de la politique monétaire de la Réserve Fédérale, d’une absence de consensus sur le gel des niveaux de production de pétrole et quant à l’avenir du secteur des financières.

L’annonce faite par la Présidente de la Réserve Fédérale, Janet Yellen, d’une réunion prévue pour la fin du mois de Septembre a créé un véritable mouvement de défiance au sein des investisseurs mondiaux craignant une concrétisation du durcissement de sa politique monétaire matérialisée par un second relèvement de ses taux d’intérêts directeurs.

Rapidement les marchés ont anticipé un report de cette décision pour le mois de Décembre compte tenu de la dégradation récente des statistiques liées à l’emploi, du faible niveau d’inflation et de la disparité que cela créerait avec les politiques d’assouplissement monétaires menées actuellement par les autres Banques Centrales Mondiales (BCE / BOJ).

La Banque du Japon (BOJ) ayant récemment voté pour un nouvel assouplissement quantitatif en vue de rétablir un niveau d’inflation avoisinant les 2%.

Les principaux indices mondiaux ont, quant à eux, enregistrés d’importants niveaux de fluctuations financières et ce jusqu’à l’officialisation par la Réserve Fédérale de laisser ses taux inchangés.

La réunion informelle prévue à Alger à la fin du mois de Septembre entre les principaux pays producteurs de pétrole membre ou non de l’OPEP en vue d’aboutir sur un consensus commun visant à réduire la production de pétrole a tenu en haleine les investisseurs. Ces derniers appréhendant qu’une prolongation du recul progressif des prix du cours du pétrole, due essentiellement à la surproduction, influe négativement sur l’inflation mondiale.

L’aboutissement à un accord sur limitation de la production entre l’Arabie Saoudite et l’Iran a eu un impact immédiatement positif sur les indices mondiaux qui sont repartis à la hausse mais aussi sur les investisseurs qui ont progressivement repris un appétit plus marqué pour actifs dits risqués.

Les financières ont également secoué les marchés au cours du mois Septembre notamment au travers des inquiétudes entourant l’avenir de la Deutsche Banks qui a fait l’objet d’accusations par la justice Américaine de blanchiment d’argent et de manipulation de ses taux de référence.

Ces accusations ont eu pour principale conséquence de faire perdre plus de 6 milliards d’euros à la Banque Allemande plongeant de facto en territoire négatif toutes valeurs financières composant les indices boursiers. Les perspectives d’un accord entre la Banque et la justice Américaine quant au montant de l’amende fixée initialement 14 Milliards de dollars a su ramener un peu de calme au sein du secteur financier.

Nos convictions

En dépit du retour progressif au calme des marchés boursiers en ce début de mois sur fonds d’éclaircissement quant aux politiquement monétaires actuellement menées, au soutien des cours du pétrole et à l’amélioration des perspectives de croissance mondiale publiées par le FMI, nous partageons la conviction que la volatilité restera de mise sur les marchés boursiers mondiaux et ce compte tenu des grandes échéances tant présidentielles (US) que monétaires (Banques centrales) attendues pour cette fin d’année.

Du côté de nos portefeuilles, nous continuons de privilégier la diversification entre les classes d’actifs en conservant toujours un œil attentif sur l’évolution des indices de référence en vue d’encadrer la sensibilité de nos allocations et ainsi atténuer l’impact des variations des marchés.

Du côté de nos valeurs, nous conservons également une appétence plus marquée pour les valeurs européennes qui après un début d’année mitigée reprennent un biais haussier avec un retour progressif sur les valeurs émergentes qui bénéficient de nouveau d’un potentiel de croissance conséquent soutenu notamment par la stabilité du dollar et des matières premières.

Il convient également de garder à l’esprit qu’un investissement par l’intermédiaire de fonds d’investissement doit se concevoir sur le long terme (3/5 ans minimum). Le facteur temps venant progressivement lisser les fluctuations financières enregistrées à court terme lors d’épisode de forte volatilité.

Ne ratez rien de nos conseils !

A propos de l'auteur

Stéphane van Huffel, Conseiller en gestion de patrimoine

Avis des clients de Stéphane :

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France.

Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast & Van en 2005 puis fonde netinvestissement avec son associé Karl Toussaint du Wast. Il est également co-fondateur du tour de France de l’immobilier et du baromètre des placements. Stéphane intervient régulièrement en tant qu’expert auprès de nombreux média français.

Lire la suite

Dernier commentaire client

"Très bon contact avec mon conseiller et des propositions de placements en phase avec ma stratégie d'investissement ainsi qu'au niveau de ma prise de risque acceptable. L'avenir me dira si les propositions étaient judicieuses"

Avis client :
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
Le 2022-07-25 15:00:39 par Philippe R.
Pour aller plus loin ...
+ -
simulation gratuite Netinvestissement
Votre simulation

gratuite & personnalisée

Je souhaite recevoir des informations de la part de Netinvestissement sur les moyens d’optimiser mes investissements*

Réponse en 24h !