Focus marchés (13/09/2017)

Visa expert

L’article « Focus marchés (13/09/2017) » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Adrien Dumarty - le 13/09/2017

Marchés Boursiers / Décryptage

Marchés Boursiers / Décryptage

► Le début du mois de Septembre a été marqué par une reprise significative des volumes sur les principales places boursières mondiales. Le constat d’un redressement de l’économie mondiale matérialisée par un contexte de croissance solide et généralisée bénéficiant favorablement aux marchés. L’absence de risques politiques à court/moyen terme est également venue consolider cette tendance haussière.

► Du côté Européen, on assiste à un regain de confiance des investisseurs dans la reprise de l’économie au sein de la zone euro. Cette reprise de la croissance (2.2% pour l’année 2017) trouve sa source dans une amélioration des agrégats macro-économiques au cours du deuxième trimestre (Hausse du profit des entreprises / Absence de risques politiques / Hausse de la confiance des investisseurs au plus haut depuis 10 ans/ Hausse de la production industrielle / Baisse du chômage).

► Ces différentes données ont créé un terrain propice pour la Banque Centrale Européenne (BCE) qui bénéficie désormais d’une plus grande marge de manoeuvre quant à la mise en place de sa stratégie de durcissement monétaire. Cette dernière ayant manifesté début Septembre sa volonté de maintenir sa politique de normalisation et ce indépendamment de la révision à la baisse des perspectives d’inflation suite à la forte valorisation de l’euro face au dollar. Les investisseurs sont désormais dans l’attente de décisions concrètes de la part du Président de la BCE en vue d’une meilleure visibilité quant à l’avenir des marchés européens.

► Outre Atlantique, en dépit de la forte hausse enregistrée par l’indice phare Américain depuis le début de l’année (+10.30%), la situation apparaît plus tendue. Le marché Américain se trouve pénalisé par la faiblesse du dollar, la résurgence des tensions avec la Corée du Nord, la baisse de l’emploi et les craintes quant aux capacités de l’actuel Président, Donald Trump à mettre en place les mesures budgétaires et fiscales annoncées lors de son élection.
A cela s’ajoute la remontée des incertitudes quant à la future composition de la Réserve Fédérale suite à la démission du Vice-Président, Stanley Fischer. Plus précisément, les investisseurs craignent un non renouvellement du mandat de la Présidente de la FED, Janet Yellen. Celle-ci ayant été accusée par Donald Trump de mener une politique monétaire trop accommodante.

► Si le secteur des matières premières a été à l’origine du regain de volatilité sur l’ensemble des marchés boursiers mondiaux au cours des dernières années, celui-ci tend à se normaliser et à atteindre un point d’équilibre (Baisse des investissements / Baisse de l’offre associée à une hausse de la demande). Côté pétrole, le scepticisme est de rigueur suite à la validation de nouvelles techniques d’exploitation et la simplicité des financements qui auraient pour conséquence une forte hausse de la production de barils aux US pour l’année 2018 (10 millions de barils/jours).

Nos convictions

Nos convictions

Malgré la forte appréciation de l’euro face au dollar, les investisseurs demeurent confiants pour les mois à venir. Ces derniers estiment que ce mouvement arrive à son terme soutenu par des anticipations quant au recul du chômage, à la stabilité des matières premières et une hausse des niveaux d’inflation.

Du côté du vieux continent, cette forte appréciation continue de susciter la crainte des investisseurs notamment quant à l’impact que cette dernière pourrait avoir sur les résultats des entreprises. Indépendamment de ce constat, la zone euro continue d’apparaître compétitive comme en témoigne la hausse de l’indice boursier européen depuis le début de l’année (+5.63%).

Si les actions américaines dégagent des rendements robustes depuis la crise financière de 2008, leur valeur actuelle les rend moins attractives ce qui pousse les investisseurs à se tourner progressivement vers d’autres marchés plus prometteurs. Ce qui est notamment le cas des actions européennes qui après 5 ans de contraction entament un redressement progressif.

Au sein de nos portefeuilles, nous continuons de mener une stratégie multi-classes d’actifs avec une surpondération aux marchés actions européens. La diversification reste le maître mot de notre politique d’investissement en vue de maintenir un parfait équilibre rendement/risque et assurer un lissage de la sensibilité de nos portefeuilles indépendamment des cycles de marchés traversés.

Nous restons convaincus du fort potentiel de performance revêtu par le marché européen par rapport au marché américain. Malgré la hausse des investissements réalisés sur ce marché depuis le début de l’année celui-ci demeure inférieur à la décollecte enregistrée jusqu’alors.

À propos de l'auteur

Adrien Dumarty , Responsable Allocation financière

Diplômé d’une licence de droit et d’un master de gestion de patrimoine de l’université de Bordeaux, Adrien Dumarty rejoint dès la fin de ses études le cabinet Bordelais du groupe Wast and Van. La formation qu’il reçoit et son sens de l’entreprenariat le conduisent rapidement à prolonger sa collaboration avec le groupe en qualité d’analyste financier. La qualité de son travail et de son expertise l’amène à évoluer rapidement vers le poste de responsable Middle Office de la division Finance du Groupe pour les cabinets et pour le site Netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides