Le bitcoin : vers une fiscalité plus favorable ?

Ecrit par : Stéphane van Huffel

Directeur général, conseiller en gestion de patrimoine, rédacteur chez Netinvestissement

Vu 2706

fois

1 min

de temps de lecture

Ayant comme première ambition de devenir un moyen de paiement, le bitcoin ne correspond pas aux critères de qualifications équivalents à ceux d’une cryptomonnaie. Avec une variation journalière de son cours susceptible d’atteindre les 10%, sa volatilité captive l’intérêt des traders mais demeure rédhibitoire pour les consommateurs. Annexée à sa volatilité, la faible capacité du bitcoin à valider les transactions limite sa légitimité, confirmant ainsi son intérêt spéculatif. Coté fiscalité, il faudra attendre que le Conseil d'État se prononce le 26 avril prochain sur le traitement fiscal des gains générés par la cryptomonnaie.

En mesure d’être considéré comme plus-values mobilières, le bitcoin sera enfin identifié et perdra son fondement principal basé sur le fait de ne dépendre d’aucune autorité centrale. Aujourd’hui, il n’est toujours pas considéré comme devise, ni comme titre financier ou matière première.

Le Bitcoin, "casse-tête" de l’imposition

Si l’envolée du cours du bitcoin a permis à des investisseurs de réaliser de belles plus-values, ces derniers s’interrogent sur la façon de déclarer ce revenu. La dernière intervention de l’administration fiscale à ce sujet remonte à 2014 et reste très succincte.

Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, les gains issus des monnaies virtuelles ne sont pas considérés comme revenu du capital telles que, par exemple, les plus-values sur les actions. Ils ne sont donc pas soumis à la flat tax de 30% et le fisc considère qu’ils doivent être considérés comme activité occasionnelle, dans la catégorie des BNC.

Il est alors du ressort du contribuable de déterminer s’il s’agit d’une activité occasionnelle ou habituelle. Ensuite, ce dernier doit choisir entre un régime simplifié appelé micro, ou le réel. En régime simplifié, c’est le chiffre d’affaires qui doit être déclaré. Pour le régime réel, c’est le bénéfice qui doit être déclaré, c’est-à-dire la plus-value.

Au vu de ces multiples écueils, certains contribuables restent dans le doute et hésitent même parfois à déclarer leurs gains… Attention, une majoration d’impôt peut majorer jusqu’à 80% le montant de l’impôt sur le revenu.

Fiscalité applicable en cas de changement

Actuellement, les plus-values engendrées de manière occasionnelle par la cession de bitcoin sont taxées en « BNC » dans la catégorie des revenus professionnels. Ainsi, en fonction de la TMI (tranche marginale d’imposition) du contribuable, la fiscalité applicable peut atteindre les 45%. Adjoint aux prélèvements sociaux (17,2%), le total taxé s’élève à de 62,2%.

Si le Conseil d'État se rend favorable à cette opinion, la fiscalité applicable sera moins étouffante. Les gains générés seront soumis à un taux forfaitaire de 19% au lieu de 45%. Les prélèvements sociaux restent obligatoires et viennent s’ajouter à hauteurs de 17,2%. Loin d’être anodine, cette décision du Conseil d'État est ainsi très attendue.

En résumé...

Aujourd’hui complexe à déclarer, le régime des cryptomonnaie fait partie des réformes fiscales du moment. En cas d’adoption par le Conseil d’État, le système applicable sera moins lourd et plus facile à comprendre. Un peu de patience, plus que quelques jours à attendre…

Cette information n’est pas contractuelle et ne constitue ni un conseil en investissement ni une recommandation d’achat ou de vente de crypto-actifs ni une sollicitation d’utilisation de quelque plateforme en particulier. Si vous choisissez d’avoir recours aux services de conservation ou d’accès à des crypto-actifs et d’achat/vente de crypto actifs contre des monnaies fiduciaires (FIAT) ayant un cours légal, vérifiez que votre interlocuteur est bien enregistré auprès de l’AMF. Les prestataires de services sur actifs numériques (PSAN) sont des intermédiaires financiers qui proposent différents services relatifs à l’investissement en crypto actifs, cryptomonnaies. L’investissement dans les cryptomonnaies, crypto actifs présente de nombreux risques dont un risque important de perte en capital et est sujet à une forte volatilité. Il existe de nombreuses arnaques sur les cryptoactifs, restez vigilants et renseignez vous avant tout investissement.

Je m'inscris

Ne ratez rien de nos conseils !

A propos de l'auteur

Stéphane van Huffel, Directeur général, conseiller en gestion de patrimoine, rédacteur chez Netinvestissement

Avis des clients de Stéphane :

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France.

Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast & Van en 2005 puis fonde netinvestissement avec son associé Karl Toussaint du Wast. Il est également co-fondateur du tour de France de l’immobilier et du baromètre des placements. Stéphane intervient régulièrement en tant qu’expert auprès de nombreux média français.

Lire la suite

Dernier commentaire client

"Très bon contact avec mon conseiller et des propositions de placements en phase avec ma stratégie d'investissement ainsi qu'au niveau de ma prise de risque acceptable. L'avenir me dira si les propositions étaient judicieuses"

Avis client :
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
  • etoiles favoris
Le 2022-07-25 15:00:39 par Philippe R.
Pour aller plus loin ...
+ -
simulation gratuite Netinvestissement
Votre simulation

gratuite & personnalisée

Je souhaite recevoir des informations de la part de Netinvestissement sur les moyens d’optimiser mes investissements*

Réponse en 24h !